(Madrid) Le premier ministre espagnol Pedro Sánchez a vivement critiqué lundi la décision du Royaume-Uni d’imposer depuis dimanche une quarantaine à tous les voyageurs en provenance d’Espagne, la jugeant « inadaptée ».

Agence France-Presse

Dans un entretien accordé à la télévision privée Telecinco, il a soutenu que des endroits très dépendants des touristes britanniques comme les Baléares, les Canaries et les régions de Valence et de l’Andalousie étaient des destinations sûres.

Ces régions « ont une incidence cumulée [du coronavirus] inférieure à celle qui est enregistrée actuellement au Royaume-Uni, ce qui veut dire en termes épidémiologiques que ces destinations sont en fait plus sûres que le Royaume-Uni », a-t-il affirmé.

Le premier ministre a fait valoir que la répartition des cas de contamination en Espagne était « inégale » car les deux tiers environ des nouveaux cas sont recensés dans deux régions, l’Aragon et la Catalogne, dans le nord-est.

Il a fait savoir que son gouvernement était en discussions avec les dirigeants britanniques « pour essayer de les convaincre de reconsidérer une mesure qui à notre avis est inadaptée ».

La décision du Royaume-Uni d’imposer depuis dimanche une quarantaine à tous les voyageurs en provenance d’Espagne a fait l’effet d’un coup de tonnerre, les Britanniques constituant le premier contingent de visiteurs étrangers en Espagne, avec 18 millions en 2019.

« Nous allons continuer à travailler avec les autorités britanniques », a souligné Pedro Sanchez, affirmant que « dans une bonne partie du territoire espagnol, il y a un contrôle assez important de l’épidémie ».