(Londres) Le premier ministre britannique Boris Johnson appellera à la prudence lors d’une conférence de presse vendredi, à la veille de la réouverture des pubs et restaurants en Angleterre, étape majeure du déconfinement.

Agence France-Presse

La pandémie a fait près de 44 000 morts au Royaume-Uni, le pire bilan en Europe.

Avec le ralentissement de l’épidémie, l’Angleterre se prépare à lever de nombreuses restrictions samedi avec la réouverture des pubs, restaurants, hôtels, salons de coiffure, musées et cinémas, fermés depuis plus de trois mois.

« Alors que nous franchissons cette prochaine étape, notre plus grande étape à ce jour, sur la voie de la reprise, j’exhorte le public britannique à le faire en toute sécurité », dira le dirigeant conservateur, selon des extraits de son discours transmis jeudi par ses services.

Ce déconfinement est un tournant délicat pour le gouvernement, qui a dû fermer de nouveau écoles et commerces non essentiels dans la ville de Leicester (centre de l’Angleterre) face à la multiplication des contaminations.

« Nous ne sommes pas encore tirés d’affaire », va mettre en garde Boris Johnson. « Le virus est toujours parmi nous et le pic de cas à Leicester l’a montré ». Et de prévenir qu’en cas de recrudescence des cas, « le gouvernement n’hésitera pas à freiner et à réimposer des restrictions ».  

Il appellera donc la population à continuer d’observer les mesures de distanciation sociale et les conseils de prévention.

Malgré ces appels à la prudence, Boris Johnson compte bien profiter de cette nouvelle étape du déconfinement.

« Je vais aller chez le coiffeur dès que possible. C’est réservé », a déclaré au quotidien The Evening Standard M. Johnson, connu pour son épaisse chevelure blonde. Selon le journal, le dirigeant de 56 ans a aussi prévu une sortie avec sa fiancée Carrie Symonds, la mère de son petit garçon de deux mois, Wilfred.

« Nous avons quelque chose de prévu. Nous allons certainement célébrer l’évènement », a-t-il déclaré au journal, sans en dévoiler davantage.

Pour relancer l’économie, durement touchée par la pandémie, Boris Johnson a annoncé mardi un plan de cinq milliards de livres (5,5 milliards d’euros) d’investissements dans les infrastructures, résumé par le slogan « Construire, construire, construire ».