Quarante-sept migrants à la dérive en Méditerranée ont été secourus mardi au sud de l’île italienne de Lampedusa par l’Ocean Viking, a constaté à bord un journaliste de l’AFP, portant à plus de 160 le nombre de personnes recueillies par le navire humanitaire en cinq jours.

Agence France-Presse

Comme lors des deux opérations menées par le bateau-ambulance de SOS Méditerranée jeudi dernier, ces 47 personnes étaient entassées dans une embarcation en bois équipée artisanalement d’un moteur.

Elles ont été secourues à « 30 milles nautiques (environ 55 kilomètres) au sud de Lampedusa dans les eaux internationales sous responsabilité maltaise », a souligné auprès de l’AFP SOS Méditerranée, qui affrète le bateau. Il s’agit principalement de ressortissants du Bangladesh, du Soudan du Sud, du Pakistan ou encore du Ghana, selon l’ONG.

D’après les premiers éléments recueillis par l’AFP, ces migrants fuyant la Libye ont passé trois jours et trois nuits en mer, avant l’intervention du navire battant pavillon norvégien.

Jeudi dernier, dans la foulée de la reprise de ses activités après trois mois d’arrêt lié à la crise sanitaire, l’Ocean Viking avait porté assistance à 118 migrants fuyant également la Libye dans deux bateaux. Dans la nuit de lundi à mardi, l’un d’eux, qui avait immédiatement été placé en quarantaine dans le contexte de la maladie COVID-19, a bénéficié d’une évacuation médicale à bord d’un navire des garde-côtes italiens.