(Minsk) La Biélorussie a célébré samedi en grande pompe les 75 ans de la victoire sur l’Allemagne nazie avec un défilé militaire et des évènements publics malgré la pandémie de coronavirus que le président a qualifié de « psychose ».

Agence France-Presse

Comme chaque année, cette autoritaire ex-république soviétique nichée entre Russie et Union européenne a fait étalage de ses capacités militaires en faisant défiler 4000 soldats et des dizaines d’engins militaires et d’avions.

Le président Alexandre Loukachenko, qui dirige d’une main de fer la Biélorussie depuis 1994, a assisté à la parade à Minsk avec de hauts responsables dans une tribune isolée.  

PHOTO SERGEI GAPON, ASSOCIATED PRESS

Le président Alexandre Loukachenko

D’ordinaire présents, aucun de ses enfants – en particulier son fils Nikolaï parfois présenté comme un successeur potentiel – ou petits-enfants n’a assisté à la cérémonie, a constaté une journaliste de l’AFP.

L’Organisation mondiale de la santé avait appelé à trouver des « solutions alternatives » pour célébrer les 75 ans de la défaite allemande afin de ne pas « risquer des vies humaines ».

M. Loukachenko avait pour sa part jugé « inadmissible » d’annuler les festivités dans un pays qui a « porté sur ses épaules le fardeau de la guerre la plus destructrice du 20e siècle ».

PHOTO SERGEI GAPON, AGENCE FRANCE-PRESSE

La Russie voisine a reporté les commémorations, se contentant d’un défilé aérien et d’un sobre discours de Vladimir Poutine devant la flamme du soldat inconnu.

Depuis le début de la pandémie, Alexandre Loukachenko met activement en doute la gravité du nouveau coronavirus. Son pays de 9 millions d’habitants a été ainsi l’un des seuls à maintenir un championnat de soccer ou à garder ses commerces, églises et restaurants ouverts.

La Biélorussie compte plus de 21 000 cas de coronavirus officiellement recensés et 121 morts.