(Rome) L’Italie a enregistré 260 décès supplémentaires en raison de l’épidémie de COVID-19 au cours des dernières 24 heures, ce qui représente le chiffre le plus bas depuis le 14 mars quand la péninsule avait déploré 175 morts.

Agence France-Presse

Depuis le 14 mars, l’Italie a enregistré chaque jour plus de 300 morts, avec des pics s’approchant de 1000 morts, pour un total de 26 644 décès, selon le bilan publié dimanche par la protection civile.

Le nombre de personnes actuellement positives au coronavirus a en revanche augmenté, après six jours consécutifs de baisse, atteignant désormais 106 103, soit 256 de plus que samedi.

Le total des cas — malades, guéris ou décédés — est de 197 675.

La région la plus touchée reste la Lombardie avec environ la moitié des décès enregistrés dans toute la péninsule, soit 13 325 morts, suivie par l’Emilie-Romagne, 3386 morts et le Piémont, 2823 morts.

« Nous avons obtenu un résultat très important, nous devons maintenant essayer de maintenir le risque aussi bas que possible et éviter une nouvelle augmentation des infections, en stabilisant le nombre de patients en soins intensifs », qui s’élève actuellement à 2009 personnes, a commenté dans la journée Franco Locatelli, président du Conseil supérieur de la santé (CSS), un organe consultatif du gouvernement.

« Malgré les progrès, nous ne sommes pas sortis de cette tempête. Nous devons poursuivre les mesures de distanciation sociale et autres mesures qui ont donné des résultats concrets dans la lutte contre le virus », a mis en garde l’expert.

Le chef du gouvernement Giuseppe Conte doit tenir une conférence de presse dans la soirée pour annoncer les étapes du déconfinement du pays qui doit débuter le 4 mai.