(Londres) Le premier ministre britannique Boris Johnson, en convalescence après son hospitalisation due au coronavirus, est « en très bonne forme », a assuré vendredi son ministre de la Santé, Matt Hancock.  

Agence France-Presse

« Je lui ai parlé hier (jeudi), il est en très bonne forme et il récupère manifestement », a indiqué M. Hancock sur la chaîne de télévision Sky News.  

Il n’a toutefois pas confirmé des informations du quotidien The Telegraph selon lesquelles le dirigeant conservateur, actuellement remplacé par son chef de la diplomatie Dominic Raab, reviendrait aux manettes dès lundi.  

« Je suis sûr qu’il reviendra dès que ses médecins le recommanderont », a dit le ministre de la Santé. « La décision n’a pas été prise mais il prend des appels et reste en contact », a-t-il ajouté.  

Selon son porte-parole, Boris Johnson, 55 ans, s’est entretenu cette semaine avec le président américain Donald Trump ainsi qu’avec la reine Élisabeth II.  

Sorti le 12 avril de l’hôpital, il se rétablit à Chequers, la résidence de campagne des chefs de gouvernement britanniques, aux côtés de sa fiancée enceinte, Carrie Symonds.  

« Il avait l’air incroyable. J’étais surpris à vrai dire », a relaté jeudi Donald Trump lors d’une conférence de presse. « C’est comme le vieux Boris. Énergie phénoménale. Dynamisme phénoménal ».  

Malgré la pression montante, y compris dans les rangs conservateurs, le gouvernement exclut pour l’heure tout assouplissement du confinement, instauré le 23 mars et qui doit se prolonger encore au moins deux semaines, ou de détailler sa stratégie pour en sortir.  

Le Royaume-Uni, un des pays européens les plus lourdement touchés par la pandémie avec près de 19 000 morts, est confronté au « pic » de la maladie et il est « trop tôt » pour relâcher les mesures en place, de crainte de subir « une deuxième vague », a insisté Matt Hancock.  

À l’opposé, la première ministre écossaise Nicola Sturgeon a indiqué jeudi que l’Écosse sortirait du confinement graduellement, sans exclure de nouveaux confinements à l’avenir si nécessaire, et assuré que des mesures de distanciation sociale resteraient en place dans la durée.