(Strasbourg) Des heurts nocturnes se sont produits ces derniers jours en France entre les forces de l’ordre et des habitants de banlieue parisienne et de Strasbourg, malgré le confinement, a-t-on appris de sources policières.

Agence France-Presse

En banlieue parisienne, la situation est tendue depuis l’accident d’un motard samedi soir à Villeneuve-la-Garenne, dans des circonstances encore floues. Le motard, qui circulait sans casque, a eu la jambe fracturée après avoir heurté la portière d’une voiture de police banalisée, et l’incident, en plein confinement, a rapidement enflammé les réseaux sociaux dénonçant une « bavure policière ».

Neuf personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi dans l’agglomération parisienne après des violences urbaines, « pour détention d’engins incendiaires et participation à un groupement en vue de commettre des violences et des dégradations », selon la préfecture de police de Paris.

Des incidents sporadiques avaient déjà éclaté dans la nuit de dimanche à lundi dans plusieurs communes de l’Ile-de-France, et une quinzaine de voitures, autant de deux-roues, et une cinquantaine de poubelles ont été incendiés.

Dans l’est de la France, deux quartiers de Strasbourg ont été le théâtre d’échauffourées dans la nuit de lundi à mardi, et quatre personnes ont été interpellées.

À la Meinau, un quartier au sud de la capitale alsacienne, un poste de police a été la cible de cocktails Molotov tandis qu’à Port du Rhin, à l’est, des poubelles et une voiture ont été incendiées.

Selon la radio locale France Bleu Alsace, une voiture de police aurait également été visée par un tir de mortier (pétard) à la Meinau.

Ces incidents surviennent en plein confinement lié au coronavirus.

« Jusqu’à présent, c’était plutôt calme » à Strasbourg mais « on commence à sentir monter la tension dans les quartiers », a déclaré à France Bleu Alsace Robert Herrmann, adjoint au maire à la sécurité de la capitale alsacienne.