(Londres) Le Royaume-Uni a dépassé samedi les 15 000 morts de la COVID-19 à l’hôpital, au moment où les soignants en première ligne face à la pandémie manquent d’équipements de protection.

Agence France-Presse

Avec 888 morts supplémentaires recensées à l’hôpital, le nombre des personnes tuées par le nouveau coronavirus est désormais de 15 464,  a annoncé le ministère de la Santé. Le nombre des personnes testées positives a atteint 114 217.  

Figurant parmi les victimes du virus, le premier ministre Boris Johnson, « se repose et récupère » toujours à Chequers, la résidence de campagne des chefs de gouvernement, après son hospitalisation, a déclaré le ministre chargé des Communautés, Robert Jenrick, au cours de la conférence de presse quotidienne du gouvernement.  

Le dirigeant conservateur a eu « quelques contacts avec ses ministres », a ajouté M. Jenrick. Son ministre des Affaires étrangères Dominic Raab le remplace le temps qu’il se rétablisse.

Sur le front de la pandémie, les soignants s’inquiètent d’un manque de combinaisons médicales mettant leurs vies en danger.  

« L’approvisionnement en blouses médicales est désormais critique et c’est une situation extrêmement préoccupante », s’est alarmée samedi Saffron Cordery, la directrice adjointe de NHS providers, une organisation qui représente des hôpitaux publics, des services d’ambulance et autres fournisseurs de soins.

Les autorités sanitaires en Angleterre ont adapté leurs directives vendredi. Les soignants peuvent désormais se voir demander de réutiliser certains éléments de leurs combinaisons médicales, ce qui a ému les associations de médecins et d’infirmières.

Robert Jenrick a reconnu que l’approvisionnement en combinaisons médicales dans certaines régions était « insuffisant » et que la période était « extrêmement angoissante pour les personnes travaillant en première ligne ».

« Nous faisons tout ce que nous pouvons pour corriger ce problème et leur fournir l’équipement dont ils ont besoin », a-t-il déclaré. Il a annoncé qu’une nouvelle cargaison devait arriver dimanche de Turquie avec 84 tonnes d’équipements et que le gouvernement travaillait également avec des fabricants au Royaume-Uni, dont les grands noms de la mode Burberry et Barbour.

Parcs et cimetières ouverts

Le ministre a aussi promis 1,6 milliard de livres (2,8 milliards de dollars CAN) supplémentaires destinés aux conseils locaux pour faire face aux dépenses dues à la pandémie. Il leur a demandé de garder parcs et cimetières ouverts.

Les « mesures de distanciation sociale doivent être respectées » mais les « familles doivent avoir la possibilité de dire au revoir à ceux qu’elles ont aimés », a souligné le ministre.

Il a évoqué la mort d’un adolescent de 13 ans dont la famille n’avait pas été autorisée à assister à l’enterrement, affirmant que « cela n’aurait pas dû se produire ».

Les bilans quotidiens du gouvernement sont critiqués, car ils ne comprennent que les morts à l’hôpital de patients testés positifs, excluant les personnes ayant perdu la vie dans les maisons de retraite ou à domicile.

Selon Care England, qui représente des maisons de retraite indépendantes, le nombre des décès dans ces établissements pourrait atteindre les 7500.

Pour ralentir la pandémie, le gouvernement britannique a décidé jeudi de prolonger d’au moins trois semaines le confinement instauré le 23 mars. Contrairement à d’autres pays, comme la France et l’Allemagne, le Royaume-Uni n’envisage pas encore de sortir du confinement.

Si la population continue d’observer les règles « alors dans les semaines à venir, il pourrait y avoir des possibilités de commencer très prudemment à assouplir les mesures de confinement. Mais ce jour n’est pas arrivé », a déclaré M. Jenrick.

Dans ce contexte pesant, l’anniversaire d’Élisabeth II ne sera pas célébré comme de coutume par des coups de canon. La reine, qui fête ses 94 ans mardi, juge « inapproprié » un tel honneur « dans les circonstances actuelles », a expliqué à l’AFP une source au palais de Buckingham.

Ce jour-là, un autre nonagénaire sera à l’honneur : Tom Moore, 99 ans. Qualifié de « héros » après avoir levé 23 millions de livres (40 millions de dollars CAN) pour des associations de soignants, cet ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale inaugurera par vidéo conférence un nouvel hôpital.