(Paris) La cheffe du parti d’extrême droite RN en France, Marine Le Pen, a vu mercredi dans l’afflux de migrants à la frontière gréco-turque après l’ouverture par la Turquie de ses frontières une « tentative d’invasion », et a loué la « leçon de résistance et de patriotisme » des Grecs.

Agence France-Presse

La présidente du Rassemblement national a dénoncé « une Europe molle et asservie qui ne dit rien », dans une vidéo postée sur Twitter, alors que de nouveaux heurts ont éclaté mercredi entre personnes migrantes et policiers à la frontière grecque.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, qui s’est dite mardi « aux côtés » de la Grèce, a promis à Athènes « 700 millions d’euros », dont la moitié immédiatement.

Pour Marine Le Pen, « l’Europe doit se rendre à l’évidence et prendre conscience qu’elle vit une tentative d’invasion », un terme « pas trop fort » selon elle « lorsqu’un pays masse des milliers d’hommes à une frontière et leur commande d’y entrer en force ».

Le RN est « aux côtés des Grecs […] qui se défend (ent) en protégeant seuls leurs frontières » et « défendent les nôtres en luttant physiquement avec courage contre une submersion », a poursuivi Marine Le Pen.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé mercredi qu’une résolution de la crise migratoire passait par un soutien européen à Ankara en Syrie.