(Strasbourg) Un homme soupçonné d’islamisme et connu pour avoir des troubles psychologiques a été blessé dimanche par des policiers qu’il menaçait d’un couteau en criant « Allah Akbar ! » dans une rue de Metz, une ville du nord-est de la France, a-t-on appris de sources concordantes.

Agence France-Presse

« Il est blessé, son pronostic vital n’est pas engagé », a déclaré une source policière, précisant que l’équipe de policiers avait « été menacée » en arrivant sur place et avait dû faire usage d’une arme pour le neutraliser en le blessant à la cuisse.

Cet homme, né en 1989, « est connu pour sa radicalisation et ses troubles de la personnalité », a expliqué à l’AFP le procureur de Metz, Christian Mercuri. Il est « fiché S », c’est-à-dire présentant une menace pour la sûreté de l’État, a-t-il précisé.

Peu après midi, dans un quartier populaire de l’est de Metz, cet « individu armé d’un couteau » s’est dirigé « rapidement vers les policiers en criant “Allah Akbar ! ” », a raconté le procureur.

L’homme « a été placé en garde à vue en milieu hospitalier », a-t-il poursuivi.  

Aucune autre personne n’a été blessée.

Selon les témoignages recueillis par un correspondant de l’AFP sur place, l’homme arrêté, connu dans le quartier pour être psychologiquement fragile, est sorti d’une épicerie et a marché dans la rue en brandissant un couteau, ce qui a amené des passants à alerter au téléphone la police.

Le couteau était « de taille impressionnante », a dit une source proche du dossier.

L’intervention de la police a entraîné un attroupement dans la rue, certains jugeant que les agents auraient dû neutraliser l’homme « sans lui tirer dessus ».

Le gérant de l’épicerie a quant à lui affirmé que, dans son commerce, l’homme « n’avait pas été menaçant ».

Cette interpellation intervient deux jours après une attaque à Villejuif, près de Paris, qui a fait un mort et deux blessées.

PHOTO CHRISTOPHE ARCHAMBAULT, AGENCE FRANCE-PRESSE

Vendredi, un homme de 22 ans qui s’était converti à l’islam et avait été un étudiant brillant, souffrant lui aussi de troubles psychiatriques, y a frappé avec un couteau plusieurs personnes dans un parc, tout en criant constamment « Allah Akbar ! ».

Il a tué un homme de 56 ans venu à la rescousse de sa femme de 47 ans, qui a été blessée au cou, puis a blessé au dos une femme de 30 ans qui faisait son jogging, avant d’être abattu par la police.

Le parquet national antiterroriste (à Paris) s’est saisi de l’enquête.