(Watford) Les 29 membres de l’OTAN ont adopté mercredi une déclaration commune affirmant leur « solidarité, unité et cohésion » et reconnu pour la première fois la montée en puissance de la Chine comme un « défi », lors d’un sommet du 70e anniversaire marqué par de sérieuses dissensions.

Agence France-Presse

Publié à l’issue d’une session de travail de trois heures dans un golf à Watford, en banlieue de Londres, le texte relève également la « menace » que représentent « les actions agressives » de la Russie.

« Les désaccords attireront toujours plus l’attention que lorsque nous sommes d’accord », a souligné le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg lors de sa conférence de presse.

« Nous sommes 29 pays différents des deux côtés de l’Atlantique. Bien sûr qu’il y a des différences. Le contraire serait très étrange. Mais la force de l’OTAN est que nous avons toujours été capables de surmonter ces différences. Nous prouvons aujourd’hui que l’OTAN fait des progrès sur le fond et que nous continuons à nous adapter et à réagir », a-t-il ajouté.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a donné son accord à l’adoption de ce texte, car il condamne le terrorisme « sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations » et le considère comme « une menace persistante pour nous tous ».  

M. Erdogan a également accepté l’adoption des nouveaux plans de sécurité régionaux pour la Baltique, la Pologne, la Turquie et le flanc sud de l’Alliance, a annoncé M. Stoltenberg.

La Turquie bloquait l’adoption de ces plans pour contraindre les alliés à considérer comme terroristes les combattants kurdes des Unités de protection du peuple, la branche armée du Parti de l’union démocratique syrien.

L’offensive lancée par l’armée turque dans le nord-est de la Syrie visait ces forces qui ont combattu le groupe djihadiste État islamique avec la coalition internationale contre Daech.

Les Alliés ont décidé lors de leur sommet de déclarer l’espace « zone d’opérations de l’OTAN » et pour la première fois se sont dits « conscients que l’influence croissante et les politiques internationales de la Chine présentent à la fois des opportunités et des défis, auxquels nous devons répondre ensemble, en tant qu’Alliance ».

La déclaration de Londres insiste sur la nécessité de « garantir la sécurité des communications, y compris la 5G » et de « recourir à des systèmes sécurisés et résilients ».

Les Alliés dénoncent une nouvelle fois « les actions agressives de la Russie », mais se disent « ouverts au dialogue, et à la perspective d’établir une relation constructive avec la Russie lorsque les actions de cette dernière le permettront ».

Jens Stoltenberg a insisté sur la nécessité de poursuivre les efforts de maîtrise des armements nucléaires avec la conclusion de nouveaux traités incluant la Russie et la Chine.

Mais « aussi longtemps qu’il y aura des armes nucléaires, l’OTAN restera une alliance nucléaire », avertit la déclaration de Londres.

Le prochain sommet de l’OTAN sera organisé en 2021, a annoncé Jens Stoltenberg.