(Moscou) Les présidents russe et ukrainien, Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky, devraient se rencontrer en tête-à-tête pour la première fois lors du sommet de Paris le 9 décembre, organisé sous médiation française et allemande, a indiqué le Kremlin.

Agence France-Presse

«Je pense que nous allons vers une rencontre en tête-à-tête. Ils se trouveront dans la même pièce et, bien entendu, ils se parleront», a déclaré le conseiller du Kremlin Iouri Ouchakov, cité par les agences de presse russes. Il a précisé que le programme du sommet était encore en élaboration.

Il s’agirait de la première rencontre entre les deux hommes, alors que la Russie et l’Ukraine sont à couteaux tirés depuis l’arrivée au pouvoir de pro-occidentaux à Kiev en 2014, suivie par l’annexion de la Crimée par Moscou et d’une guerre avec des séparatistes pro-russes dans l’Est.

Il s’agira également du premier sommet depuis 2016 sous ce format, dit de «Normandie», qui est destiné à faire avancer le processus de paix dans l’Est de l’Ukraine, où la guerre a fait plus de 13 000 morts.

En déplacement en Lituanie mercredi, Volodymyr Zelensky a dit «ne pas s’attendre à des victoires majeures ou à la fin de la guerre dès demain».

S’il n’a pas confirmé une rencontre en tête-à-tête avec M. Poutine, il a souligné qu’il était prêt à s’entretenir «avec chaque dirigeant présent à Paris» si nécessaire.

«En tant que président de l’Ukraine, je veux comprendre clairement quand et comment nous pouvons mettre fin à cette guerre», a-t-il indiqué.

Des accords de paix pour l’Est de l’Ukraine ont été signés en 2015 à Minsk et on permis une réduction importante des violences, mais leur volet politique n’a jamais été appliqué.

Des progrès ont toutefois eu lieu entre Kiev et Moscou depuis l’élection en avril de M. Zelensky, davantage favorable à un dialogue que son prédécesseur.

Les États-Unis ont fait part de leur solidarité avec l’Ukraine et appelé la Russie à mettre en place les accords de 2015.

«Notre soutien à la souveraineté de l’Ukraine est indéfectible et nous sommes engagés à travailler avec nos alliés et leurs partenaires pour maintenir la pression sur la Russie afin qu’elle tienne ses engagements», a estimé le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

La porte-parole de la diplomatie américaine, Morgan Ortagus, a salué «les pas prudents mais difficiles vers la paix et les réformes» entrepris par le président Zelensky.