Le mur de la honte est tombé le 9 novembre 1989. Mais dès l’été précédent, des dizaines de milliers d’Allemands de l’Est partirent pour la liberté à bord de leurs vieilles Trabant. Direction la Hongrie, un autre pays sous l'emprise soviétique, 600 km au sud.

LA PRESSE

La Hongrie avait deux attraits. C’était une destination vacances autorisée dans les pays d'Europe sous le joug soviétique... et elle venait d’ouvrir sa frontière avec l’Autriche, pays libre. 

Mais seuls les citoyens hongrois étaient autorisés à faire des visites à l’Ouest.

Espérant néanmoins profiter de cette brèche et fuir vers la liberté, ces Allemands de l’Est arrivèrent en Hongrie en août, mais étirèrent leurs «vacances» en septembre. Alors qu'ils avaient déclaré aux autorités qu'ils se rendaient sur les plages du lac Balaton, ils étaient pour la plupart dans la capitale hongroise, Budapest, le plus près possible de l'ambassade d'Allemagne de l'Ouest. En fait, plusieurs centaines d'Allemands de l'Est campaient déjà sur le terrain de l'ambassade, refusant de quitter l'enceinte de peur d'être renvoyés en Allemagne de l'Est.

Un ballet diplomatique entre les deux Allemagne et la Hongrie dura durant des semaines. Le 30 septembre, alors que se multipliaient les signes d’effondrement de l’Empire Soviétique, des milliers d’Allemands de l’Est furent autorisés à se rendre de Hongrie en Allemagne de l’Ouest à bord trains spécialement affrétés à cet effet. Des milliers de Trabant restèrent en Hongrie.

Les portes s'ouvrent entre les deux Allemagne

Après l'ouverture des postes frontières entre les deux Allemagnes, un mois plus tard, une autre marée de Trabant passa directement de l’Allemagne de l’Est vers l’Allemagne de l’Ouest.

En octobre 1990, l’Allemagne était réunifiée.

Trente ans plus tard, il ne reste plus beaucoup de ces vieilles voitures pétaradantes, polluantes, bruyantes, mais assez bonnes pour se rendre d'un pays totalitaire à la liberté. 

Trois millions d’exemplaires aux couleurs beige, bleu ciel, vert olive, jaune moutarde et rose bonbon, ont été produits dans les usines de la ville de Zwickau; quelques dizaines de milliers sont encore immatriculés.

Sortie pour la première fois d’usine en 1957, à Zwickau en Saxe, la Trabant a été produite encore pendant deux ans après la chute du Mur, jusqu’en 1991.

Les nostalgiques organisent encore régulièrement des rassemblements de «Trabi» en Allemagne, où se pressent collectionneurs, fans et curieux.

L’usine de Zwickau a été reprise par Volkswagen, qui y a produit depuis 1991 des Polo, des Golf et d’autres modèles. L’usine vient d’être entièrement convertie à l’assemblage de voitures électriques et c’est là qu’est construite l’I.D.3 tout électrique.