(Londres) Il n’a plus de majorité et pourrait être forcé de repousser le Brexit : le premier ministre britannique Boris Johnson s’est pris une série de gifles mercredi à la Chambre des communes, échouant même dans son projet de la dissoudre pour se sortir de l’impasse.

Pauline FROISSART
Agence France-Presse

Les députés ont rejeté mercredi soir la motion qu’il avait soumise à leur vote, destinée à organiser des élections anticipées le 15 octobre, au terme d’une journée catastrophique pour le chef du gouvernement. Et sa tentative d’obtenir une nouvelle majorité pour soutenir sa stratégie sur le Brexit avant le conseil européen des 17 et 18 octobre a été jugée « cynique » par le chef du Labour, le principal parti d’opposition, Jeremy Corbyn.

Auparavant les députés avaient fait dérailler ses plans de sortir de l’Union européenne le 31 octobre avec ou sans accord avec Bruxelles, en votant à une majorité de 28 voix une proposition de loi le contraignant à demander un report de trois mois du Brexit sauf si un accord de sortie est conclu.

REUTERS

Boris Johnson lors d'une séance de questions-réponses mercredi à la Chambre des communes.

La veille, la journée avait déjà été désastreuse pour le chef du gouvernement qui avait perdu la majorité absolue à la Chambre : un député a fait défection et 21 autres ont été exclus de son parti conservateur pour avoir voté avec l’opposition en vue de lui forcer la main sur le Brexit.

Pour que des élections anticipées soient organisées, la motion présentée par Boris Johnson devait recueillir deux tiers des voix des députés, mais les travaillistes se sont abstenus, préférant d’abord s’assurer que la proposition de loi destinée à repousser le Brexit soit entérinée par la chambre des Lords.

Un choix fustigé par Boris Johnson, qui a affirmé que Jeremy Corbyn était « le premier chef de l’opposition dans l’histoire démocratique de notre pays à refuser de participer à une élection ». « La conclusion que je tire est qu’il ne pense pas pouvoir gagner », a-t-il raillé.

Au tour des Lords

La proposition de loi doit maintenant être examinée jeudi à la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement, qui n’aura que quelques jours pour l’approuver puisque Boris Johnson a décidé de suspendre le Parlement la semaine prochaine pour cinq semaines.

Toute demande de délai devra encore être approuvée à l’unanimité des 27 autres États membres de l’UE.

Sans majorité et défié par les députés, Boris Johnson semblait en bien mauvaise posture mercredi.

Pas de quoi inquiéter le président américain Donald Trump : « Il sait comment gagner. Ne vous inquiétez pas, ça va aller », a déclaré M. Trump, évoquant son « ami » Boris Johnson depuis la Maison-Blanche.

Pendant que les députés votaient, quelques centaines de manifestants hostiles au Brexit se sont rassemblés en fin d’après-midi aux abords du Parlement, drapeaux européens à la main.  

PHOTO REUTERS

Manifestation anti-Brexit mercredi devant le palais de Westminster.

« Une sortie sans accord est tout à fait inacceptable », a dit à l’AFP Jack Hargreaves, 34 ans, tenant une pancarte réclamant un second référendum sur le Brexit.

Tandis que le gouvernement se prépare à l’éventualité de ces élections, le ministre des Finances Sajid Javid a proclamé « la fin de l’austérité » à la Chambre des communes, annonçant une hausse des dépenses dans les services publics et les infrastructures.  

Il a aussi confirmé avoir débloqué deux milliards de livres de plus pour assurer la mise en place du Brexit l’an prochain, via le recrutement de douaniers, l’aménagement des ports ou encore le soutien aux entreprises.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney a quant à lui jugé que l’impact d’un Brexit sans accord serait « moins grave » qu’il ne le prévoyait l’an dernier, dans une lettre publiée sur le site du Parlement.  

L’institution a ramené de moins 8 % à moins 5 % son estimation de recul du produit intérieur brut en cas de « no deal », notamment grâce aux « améliorations dans la préparation ».  

Risque « accru » de « no deal »

Affichant son optimisme contre vents et marées, Boris Johnson a assuré faire d’« importants progrès » dans les négociations avec l’UE.  

Mais le chef de la diplomatie irlandaise Simon Coveney a affirmé qu’il n’y avait « aucune proposition du gouvernement britannique qui puisse servir de base à une discussion et à une négociation », sur la télévision RTE.

REUTERS

Simon Coveney

Le risque que le Royaume-Uni quitte l’UE sans accord s’est accru, a constaté la Commission européenne.

Face à cette éventualité, l’Union européenne est prête à mobiliser 780 millions d’euros d’assistance financière d’urgence pour les États membres les plus touchés par des répercussions économiques.