(Kiev) Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche John Bolton est arrivé mardi à Kiev où il doit s’entretenir avec le nouveau président Volodymyr Zelensky, assurant l’Ukraine du soutien des États-Unis et que Washington est « dur » avec la Russie.

Agence France-Presse

La première rencontre entre MM. Bolton et Zelensky, un ex-comédien de 41 ans novice en politique élu président en avril, pourrait avoir lieu mercredi. Elle intervient après l’annonce par Paris d’un nouveau sommet en « format Normandie », qui réunira France, Allemagne, Ukraine et Russie.

Ce sommet, le premier depuis octobre 2015, se tiendra « dans les prochaines semaines », a annoncé le président français Emmanuel Macron lundi. Il visera à faire avancer de manière « concrète » le processus de paix dans l’est de l’Ukraine, en proie à une guerre face à des séparatistes prorusses qui a fait environ 13 000 morts depuis cinq ans.

À Kiev, John Bolton a déposé dans le centre de Kiev des fleurs devant un mémorial aux Ukrainiens tués dans ce conflit. « Le peuple américain a combattu pour son indépendance et sa souveraineté, nous comprenons ce que cette lutte signifie, le peuple américain est avec le peuple ukrainien », a-t-il dit.

« Le président Zelensky serait bien avisé d’examiner très soigneusement comment déployer une stratégie pour traiter avec les Russes. Je ne pense pas qu’il y ait une raison pour se précipiter dans un sens ou dans l’autre », a déclaré plus tard John Bolton au service ukrainien du média américain Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL).  

Interrogé sur les relations entre Moscou et Washington, il a ajouté que « l’administration Trump a été très dure. Elle a imposé d’énormes sanctions à la Russie, des sanctions économiques, l’expulsion de diplomates russes ».

Selon le quotidien américain Wall Street Journal, M. Bolton va également tenter de bloquer la future vente de la compagnie aérospatiale ukrainienne Motor Sich, un gros producteur de moteurs pour avions et hélicoptères, au groupe chinois privé Beijing Skyrizon Aviation.

Interrogé mardi par un petit groupe de journalistes à ce sujet, M. Bolton a confirmé qu’il allait aborder à Kiev des « transactions » avec les Chinois, mais a évité de mentionner des contrats spécifiques.

« Nous informons nos amis et partenaires sur les dangers que provoquent les investissements chinois », a-t-il déclaré, selon des propos traduits en ukrainien par le site d’informations Evropeïska Pravda. « Les technologies militaires et sensibles ne doivent pas arriver aux mains d’adversaires ou d’adversaires potentiels », a-t-il ajouté.  

Le président Zelenky a affirmé à plusieurs reprises sa volonté de rétablir le dialogue avec la Russie afin de restaurer la paix dans son pays.

Les relations entre l’Ukraine et la Russie sont extrêmement tendues depuis le soulèvement pro-européen du Maïdan pendant l’hiver 2013-2014, qui a entraîné la destitution et la fuite en Russie du président ukrainien d’alors, Viktor Ianoukovitch.

L’arrivée de dirigeants pro-occidentaux au pouvoir a été suivie de l’annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée et d’une guerre entre les troupes ukrainiennes et des séparatistes prorusses, soutenus par Moscou selon Kiev et les Occidentaux, dans les régions orientales de Lougansk et Donetsk.

Les accords de paix de Minsk, signés en 2015 sous le parrainage de l’Allemagne et de la France, ont permis de considérablement réduire les affrontements dans l’est de l’Ukraine, mais le volet politique de ces accords est resté lettre morte.