(Moscou) Le président russe Vladimir Poutine a promis vendredi une « réponse symétrique » à l’essai récent par les États-Unis d’un missile de portée intermédiaire, leur premier depuis la Guerre froide.

Agence France-Presse

« J’ordonne aux ministères russes de la Défense et des Affaires étrangères […] d’analyser le niveau de menace créé pour notre pays par les actes des États-Unis et de prendre des mesures exhaustives pour préparer une réponse symétrique », a déclaré M. Poutine lors d’une réunion de son Conseil de sécurité.

Ce test américain, effectué dimanche depuis l’île de San Nicolas, au large de la Californie, selon le Pentagone, a entériné la mort du traité de désarmement INF qui abolit l’usage — par la Russie et les États-Unis seuls — des missiles terrestres d’une portée de 500 à 5500 kilomètres.

Ce traité a officiellement été suspendu il y a moins d’un mois par les deux puissances rivales, qui s’accusaient mutuellement de le violer.

La Russie et la Chine avaient aussitôt condamné cet essai, en dénonçant le risque d’une « escalade des tensions militaires » et d’une relance de la course aux armements.

PHOTO SPUTNIK, VIA REUTERS

Le président russe Vladimir Poutine

« Il est évident que [l’essai du missile américain] n’était pas le résultat d’une improvisation, mais un maillon de plus dans une chaîne d’évènements planifiés depuis longtemps », a estimé M. Poutine vendredi. « Cela ne fait que confirmer le fondement de nos préoccupations exprimées auparavant », a-t-il ajouté.

M. Poutine a toutefois assuré que la Russie « reste toujours ouverte à un dialogue constructif et d’égal à égal avec les États-Unis afin de rétablir la confiance et renforcer la sécurité internationale ».

Avec la fin du traité INF, il ne reste désormais en vigueur qu’un seul accord nucléaire bilatéral entre Moscou et Washington : le traité START, qui maintient les arsenaux nucléaires des deux pays bien en deçà du niveau de la Guerre froide. Il doit arriver à échéance en 2021.