(Skopje) Deux humoristes russes, spécialistes des canulars téléphoniques, ont piégé le premier ministre de Macédoine du Nord qui, lors de conversations, semble accepter de verser un pot-de-vin ou accuse Moscou d’entretenir des espions dans les Balkans.

Agence France-Presse

Lors d’une conférence de presse mardi, le social-démocrate Zoran Zaev a présenté ses excuses mais exclu de démissionner comme l’exige l’opposition de droite.   

Il avait convoqué les médias après la diffusion sur l’internet de ses propos issus de trois conversations téléphoniques tenues entre août 2018 et avril 2019. Il pensait s’entretenir avec Petro Porochenko, alors président ukrainien, et avec le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg.  

En réalité, il parlait sans le savoir aux humoristes russes Vladimir Kouznetsov alias «Vovan» et Alexeï Stoliarov alias «Lexus», qui piègent régulièrement des responsables politiques notamment étrangers. Leurs cibles privilégiées sont des adversaires du Kremlin, étrangers ou russes.

PC

Petro Porochenko

Dans l’un de ces échanges, le faux Porochenko propose de jouer les intermédiaires entre l’Église orthodoxe macédonienne et le patriarche de Constantinople Bartholomée, plus haute autorité orthodoxe. Celui-ci avait reconnu en janvier une église ukrainienne indépendante de l’Église russe, suscitant l’indignation de celle-ci qui avait dénoncé un schisme.  

Lors de la conversation, le faux Porochenko explique avoir obtenu ce succès diplomatico-religieux après avoir «donné personnellement de l’argent à Bartholomée». «Dans mon cas, j’ai payé 150 000 euros. Pour vous c’est moins cher», dit l’humoriste évoquant la somme de 100 000 euros. «Excellent, il n’y aura pas de problème», répond Zoran Zaev.  

Dans une autre conversation, croyant s’adresser à Jens Stoltenberg, Zoran Zaev estime que Moscou a «beaucoup d’espions dans la région».  

«Je suis victime de mon ouverture» et «d’imposteurs de pays à l’orientation anti-OTAN», a dit Zoran Zaev.

Moscou s’est offusqué des aspirations à rejoindre l’OTAN de Zoran Zaev, résolument pro-occidental, et s’est opposé avec vigueur à sa décision de rebaptiser son pays «Macédoine du Nord» à la place de «Macédoine» pour clore son vieux litige avec la Grèce.  

«Lexus» et «Vovan» n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils ont piégé Elton John, l’ancien chef de la diplomatie britannique Boris Johnson, le président bélarusse Alexandre Loukachenko ou le premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj.

En avril dernier, ils ont affirmé avoir piégé le président français Emmanuel Macron en se faisant passer pour le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky.