(Strasbourg) L’entreprise qui montait l’échafaudage autour de la flèche de Notre-Dame de Paris a reconnu et « regretté » mercredi que certains de ses ouvriers se soient « affranchis » d’une interdiction de fumer sur ce chantier, mais a « exclu » tout lien avec l’incendie de la cathédrale.

Agence France-Presse

« Effectivement, il y a des compagnons qui de temps en temps se sont affranchis de cette interdiction et on le regrette », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’entreprise Le Bras Frères, Marc Eskenazi, assurant toutefois qu'« en aucun cas, un mégot mal éteint peut être à l’origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris ».

Ces « compagnons ont reconnu devant les policiers qu’effectivement, il leur arrivait de fumer », a-t-il précisé.

Le porte-parole réagissait à un article de l’hebdomadaire satirique français Le Canard enchaîné paru mercredi, affirmant que les enquêteurs avaient retrouvé sept mégots sur le site.

« Il y avait effectivement une interdiction de fumer sur l’échafaudage », a poursuivi Marc Eskenazi. Mais si « cette interdiction était plus ou moins respectée », c’est qu’il était « un peu compliqué de descendre parce que ça prend du temps ».

Pour autant, il est « hors de question » que cette négligence soit à l’origine de l’incendie, a-t-il insisté, faisant valoir que « si n’importe qui a déjà essayé d’allumer un feu de cheminée, ce n’est pas en mettant un mégot sur une buche en chêne qu’il va se passer grand-chose ».

Évoquant par ailleurs la piste d’un feu provoqué par les moteurs électriques des ascenseurs de l’échafaudage, Marc Eskenazi a assuré que ces moteurs « ne posaient aucun problème ».

« De toute façon, ils sont loin de la flèche alors que ce qui est établi c’est que l’incendie a démarré à l’intérieur de l’édifice », a-t-il fait valoir.

« En aucun cas, ils (ne) peuvent être responsables de l’incendie, a-t-il enchaîné.

La cathédrale a été ravagée par un terrible incendie le 15 avril au soir. En 2017, douze millions de touristes ont visité ce chef-d’œuvre de l’architecture gothique qui faisait l’objet d’importants travaux depuis plusieurs mois.

L’origine accidentelle (court-circuit notamment) de l’incendie est privilégiée. Mais la cause pour l’instant n’est pas éclaircie et les débris calcinés vont être passés au peigne fin, à la recherche du moindre indice.