La Garde civile espagnole a annoncé mardi avoir arrêté 66 personnes dans l'extrême sud du pays, point chaud du trafic de haschich où la lutte entre autorités et narcotrafiquants est de plus en plus rude.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette série d'arrestations est le dernier coup de filet en date contre les trafiquants présumés en Andalousie, principale porte d'entrée de la drogue en Espagne.

Les suspects sont accusés de trafic de drogue en bande organisée, vol de véhicules et blanchiment d'argent.

La Garde civile a saisi sept tonnes de haschich, quatre bateaux à moteur rapide et trois véhicules tout-terrain volés.

Les forces de police ont renforcé leur offensive contre le trafic dans la région, de plus en plus audacieux en particulier dans la province de Cadix séparée du Maroc par les quelques kilomètres du détroit de Gibraltar.  

L'an dernier, les trafiquants y avaient déchargé de la drogue sur la plage en plein jour et d'autres s'en étaient pris directement aux forces de l'ordre.

En février 2018, une vingtaine de malfaiteurs avaient attaqué un hôpital à La Linea de la Concepcion, une des municipalités les plus touchées par le trafic, pour en « libérer » un trafiquant présumé qui y était soigné après un accident de la route tandis qu'il tentait d'échapper aux forces de l'ordre.