(Sibiu) Vingt-et-un présidents de pays de l’UE ont lancé jeudi un appel commun à voter au scrutin européen des 23-26 mai, soulignant que c’est « l’avenir européen commun » qui est en jeu, dans une déclaration diffusée à l’occasion du sommet de Sibiu en Roumanie.

Agence France-Presse

« Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas considérer la paix, la liberté, la prospérité et le bien-être pour acquis. Il est nécessaire que nous nous engagions tous activement pour la grande idée d’une Europe pacifique et intégrée », peut-on lire dans cette déclaration signée notamment par les présidents français, italien, allemand, autrichien, polonais, hongrois et roumain.

« Les élections de 2019 ont une importance particulière : c’est vous, les citoyens européens qui déciderez quelle voie l’Europe doit suivre », font-ils valoir sur fond de montée d’un sentiment eurosceptique.

« Pour la première fois depuis que l’intégration européenne a commencé, des gens parlent de revenir sur une ou plusieurs mesures d’intégration, telles que la liberté de mouvement […] Pour la première fois, un État membre (le Royaume-Uni, NDLR) a l’intention de quitter l’Union ».

« Seule une communauté forte sera à même de faire face aux défis globaux de notre temps » comme le changement climatique, le terrorisme et l’immigration.

« Nous voulons une Europe forte et intégrée » et cette Europe « a besoin d’un large vote des peuples », c’est pourquoi « nous vous appelons à exercer votre droit de vote », concluent les 21 présidents. Les sept autres pays de l’Union ont un monarque à leur tête.

Scrutin après scrutin, les européennes ont de moins en moins mobilisé. En 1979, au premier scrutin, 38 % des électeurs avaient boudé les urnes. Depuis, l’abstention a augmenté élection après élection, pour culminer à 57,4 % aux dernières européennes en 2014.