(Berlin) Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annulé mardi au dernier moment une visite à Berlin, suscitant des critiques en Allemagne au moment où les relations entre les deux pays sont au plus bas.

Agence France-Presse

M. Pompeo a décommandé une rencontre avec son homologue allemand, Heiko Maas, puis avec la chancelière Angela Merkel en invoquant un déplacement important à effectuer.

«Malheureusement, nous devons reporter les rencontres prévues à Berlin en raison de questions urgentes» à régler, a indiqué le porte-parole Morgan Ortagus, sans donner aucun détail. Il n’a pas précisé si M. Pompeo maintenait un déplacement prévu à Londres mercredi.  

Le ministère allemand a fait contre mauvaise fortune bon cœur en affirmant que «les deux parties ont convenu de rapidement trouver un nouveau rendez-vous».

Mais de nombreuses voix se sont élevées pour juger que cette annulation impromptue était symptomatique de l’état des relations bilatérales, très dégradées depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.

Ce dernier ne cesse de critiquer l’Allemagne pour ne pas assez dépenser en matière militaire, pour ses excédents commerciaux ou sa trop grande proximité à ses yeux avec la Russie.

«Même s’il s’avérait que les raisons de cette annulation sont des impondérables, celle-ci est à l’image malheureusement du climat des rapports actuels entre les deux gouvernements», a regretté le président de la commission des Affaires étrangères de la chambre des députés allemand, Norbert Röttgen, membre du parti conservateur d’Angela Merkel, dans une interview aux quotidiens General Anzeiger et Rheinische Post.

Une telle annulation est «hautement inhabituelle», a quant à lui indiqué à la radio SWR un membre du parti libéral FDP, Alexander Lambsdorff.

Le quotidien Süddeutsche Zeitung considère pour sa part que «l’amitié germano-américaine est en ruines» et que cette annulation est «difficile à excuser».

M. Pompeo est censé s’entretenir mercredi avec la première ministre britannique Theresa May et préparer le terrain pour la visite à Londres, du 3 au 5 juin, de Donald Trump.

Mike Pompeo doit en principe achever sa tournée diplomatique par deux étapes au Groenland, où les investissements croissants de la Chine inquiètent les États-Unis.

Aucune indication n’a été donnée à ce stade sur le maintien ou pas de cette dernière étape.

«S’il poursuit désormais sa visite européenne au Groenland, cela voudrait dire que le Groenland est actuellement plus important que l’Allemagne pour les Américains», a ajouté M. Lambsdorff.