À l'approche des vacances d'été, des écoliers britanniques sont incités à cacher dans leurs sous-vêtements une cuillère s'ils craignent d'être mariés de force à l'étranger, pour pouvoir alerter la sécurité à l'aéroport.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Si au Royaume-Uni, le mariage forcé est considéré comme une infraction pénale depuis 2014, près de 1200 Britanniques en ont été victimes en 2017, dont 90 % mariés à l'étranger, selon les chiffres du gouvernement.

Une école à Leeds, dans le nord de l'Angleterre, a distribué à ses élèves une cuillère en métal, qui sonne lors du passage au détecteur de métaux à l'aéroport : les élèves peuvent la cacher sur eux pour avertir la sécurité de leur situation lors de la fouille et ne pas embarquer dans l'avion.

Selon Harinder Kaur, responsable des questions culturelles, sociales et morales à la Co-opérative Academy de Leeds, 80 % des mariages forcés ont lieu l'été.

« Pendant les six semaines de vacances, on sait qu'il n'y a pas de contact entre l'école et la famille, et les familles ont l'occasion d'aller à l'étranger, marier leur enfant et revenir », a-t-elle expliqué à la BBC.

Depuis la loi de 2014, les parents qui forcent leurs enfants à se marier peuvent être condamnés jusqu'à sept ans de prison.

Première application de cette loi : au mois de mai, une mère de famille a été condamnée à quatre ans et demi de prison à Birmingham pour avoir marié sa fille de force au Pakistan.

L'an dernier, parmi les 1196 victimes britanniques de mariages forcés recensées, plus d'un tiers l'ont été au Pakistan. Un mariage sur 10 a lieu au Bangladesh, et 120 mariages se sont tenus au Royaume-Uni.