Source ID:; App Source:

Brexit: «Où sont vos bonnes manières, Monsieur Trump?»

Le président américain, Donald Trump, avait déclaré dans... (photo Jack Taylor, REUTERS)

Agrandir

Le président américain, Donald Trump, avait déclaré dans le tabloïd The Sun que la position britannique sur le Brexit « tuera probablement l'accord » de libre-échange auquel souhaite parvenir Londres avec Washington.

photo Jack Taylor, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antoine POLLEZ
Agence France-Presse
londres

Les attaques du président américain, Donald Trump, contre la stratégie de la première ministre, Theresa May, sur le Brexit ont provoqué vendredi des réactions outragées de la classe politique britannique et fait reculer la livre.

« Où sont vos bonnes manières, monsieur le Président ? » a gazouillé le ministre de l'Éducation, Sam Gyimah, résumant la stupéfaction générale.

Face aux déclarations du président américain, qui dans le tabloïd The Sun a affirmé que la position britannique sur le Brexit « tuera probablement l'accord » de libre-échange auquel souhaite parvenir Londres avec Washington après le Brexit, la députée conservatrice Sarah Wollaston a répondu : « Si adopter la vision du monde de Trump est le prix à payer pour un accord, cela n'en vaut pas le prix ».

Sa collègue Anna Soubry a estimé que « plus Donald Trump insulte Theresa May, plus il renforce la crédibilité » de la première ministre. « Une fois de plus, il porte atteinte à la réputation du grand pays qu'il est censé conduire ».

Alors que le milliardaire américain a estimé que l'ex-ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson ferait « un grand premier ministre », quelques jours seulement après sa démission sur fond de désaccord avec Mme May sur le Brexit, Margot James, secrétaire d'État au sein du ministère de la Culture et des Médias, lui a répondu : « non, monsieur le Président, Boris Johnson ferait un épouvantable premier ministre ».

Les saillies du président américain ont eu des répercussions sur les marchés financiers. « Cela a fait baisser la livre pendant la nuit », a commenté Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group, pour expliquer la perte de valeur de la monnaie britannique, qui reculait de 0,59 % par rapport au dollar vendredi à 5 h 45.

« Compassion » pour Theresa May

Même la députée travailliste Emily Thorneberry, féroce critique du gouvernement, s'est rangée du côté de Theresa May et a condamné les propos du locataire de la Maison-Blanche.

Il est « extraordinairement impoli de la part de Donald Trump de se comporter de cette manière », a-t-elle déclaré. « Elle est son hôte. Qu'est-ce que sa mère lui a appris ? Ce n'est pas une manière de se comporter ».

« Le comportement effroyable de Trump me fait compatir avec Theresa May », a abondé sa collègue travailliste Yvette Cooper. Les deux élues ont exhorté la première ministre à « tenir tête » au président américain.

Le député travailliste David Lammy a lui pris la défense du maire de Londres, Sadiq Khan, une nouvelle fois visé par les attaques de Donald Trump, selon qui il a fait un « travail désastreux sur le terrorisme ».

« La raison pour laquelle Trump attaque mon ami Sadiq Khan pour les attentats de l'an dernier est simple. Il déteste que Londres ait choisi un maire musulman. C'est un président raciste », a-t-il gazouillé.

D'autres, comme le député travailliste Wes Streeting, ont plaidé pour l'annulation de la rencontre entre la reine et le président américain, qui doit avoir lieu vendredi après-midi autour d'un thé. « Il ne le mérite pas », a-t-il estimé, « et la reine ne mérite pas ça non plus ».

L'eurosceptique Jacob Rees Mogg, farouche partisan du Brexit et opposant à la ligne gouvernementale, a été l'un des rares à ne rien trouver à redire aux propos de Donald Trump.

« C'est une affaire de politique étrangère américaine », a-t-il seulement commenté sur la BBC. « Ce que dit monsieur Trump est que, si le Royaume-Uni persiste sur cette ligne, les chances d'obtenir un accord commercial avec les États-Unis sont très faibles ».

Le secrétaire d'État britannique aux Affaires étrangères, Alan Duncan, a lui tenté de minimiser la portée des propos du président américain. « Donald Trump aime la controverse, c'est son style, sa couleur [...] Je ne pense pas que ce soit grossier », a-t-il affirmé sur la BBC.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer