La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté jeudi l'appel du meurtrier de masse norvégien Anders Behring Breivik, qui prétendait que son incarcération en Norvège violait ses droits.

Publié le 21 juin 2018
ASSOCIATED PRESS

Le tribunal de Strasbourg, en France, a déclaré que l'affaire ne révèle aucune violation de la Convention européenne des droits de l'homme de 1950 et rejette la demande comme irrecevable pour défaut manifeste de fondement.

Le tribunal a expliqué que Breivik contestait les conditions de sa détention, en particulier le fait qu'il était isolé des autres prisonniers.

Les trois juges ont déclaré que la décision était définitive.

L'année dernière, un tribunal norvégien avait statué que les autorités norvégiennes n'avaient pas violé les droits de Breivik, qui a légalement changé son nom pour celui de Fjotolf Hansen, en l'isolant en prison.

Breivik, qui purge une peine de 21 ans pour avoir tué 77 personnes lors d'un attentat à la bombe en 2011, prétendait également que ses droits étaient bafoués par les fréquentes fouilles à nu auxquelles il est soumis, et pendant lesquelles il est souvent menotté.

Breivik est détenu dans un complexe de trois cellules en Norvège où il peut jouer à des jeux vidéo, regarder la télévision et faire de l'exercice. Il s'est plaint de la qualité de la nourriture de la prison, de manger avec des ustensiles en plastique et de ne pas pouvoir communiquer avec ses sympathisants.

Breivik avait méticuleusement planifié les attentats meurtriers du 22 juillet 2011.

Il avait tout d'abord fait exploser une voiture piégée devant le siège du gouvernement à Oslo, faisant huit morts et des dizaines de blessés. Il a ensuite conduit jusqu'à l'île d'Utoya, à 40 kilomètres de là, où il a ouvert le feu sur le camp d'été annuel de l'aile jeunesse du parti travailliste de gauche. Soixante-neuf personnes ont été tuées, pour la plupart des adolescents, avant que Breivik ne se rende à la police.