La Turquie vote à un scrutin local transformé en référendum pour Erdogan

Dans un pays chauffé à blanc par les... (Photo AP)

Agrandir

Dans un pays chauffé à blanc par les polémiques, plus de 52 millions de Turcs vont choisir leurs maires et, en même temps, exprimer leur confiance ou leur défiance pour le maître absolu du pays depuis douze ans.

Photo AP

Burak AKINCI
Agence France-Presse
ANKARA

Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan, contesté dans la rue et éclaboussé depuis des mois par de graves accusations de corruption, joue dimanche son avenir à la tête de la Turquie lors d'élections municipales aux allures de référendum.

Dans un pays chauffé à blanc par les polémiques, plus de 52 millions de Turcs vont choisir leurs maires et, en même temps, exprimer leur confiance ou leur défiance pour le maître absolu du pays depuis douze ans.

Depuis des semaines, le débat politique oppose les partisans de M. Erdogan, acclamé comme l'artisan de l'impressionnant développement économique turc, et ceux qui lui reprochent sa dérive islamiste et autoritaire.

Comme en résumé, la dernière journée de la campagne électorale, âpre et violente, a illustré samedi ces fractures.

Fidèle à sa rhétorique agressive et provocatrice, M. Erdogan a appelé ses troupes à donner une «grosse claque» à ses adversaires et à «donner une leçon» aux «espions» et aux «traitres» qui complotent contre lui.

Dans sa ligne de mire, l'organisation de l'imam Fethullah Gülen, retiré aux États-Unis, accusée d'avoir infiltré l'État, notamment la police et la magistrature, et de relayer sur internet des accusations de corruption pour nuire à son gouvernement.

Cette guerre fratricide entre les deux ex-alliés de la mouvance islamo-conservatrice a connu son apogée jeudi, avec la diffusion du script d'une réunion «top secret», dans laquelle quatre hauts responsables évoquent l'opportunité, en pleine agitation électorale, d'une intervention militaire en Syrie.

Malmenés par ces révélations en cascade, le gouvernement et son chef ont répondu par des purges et des mesures autoritaires, notamment le blocage des réseaux sociaux Twitter et YouTube qui leur ont valu une pluie de critiques.

Ravie de l'aubaine, l'opposition a sauté sur l'occasion et tape à bras raccourcis sur M. Erdogan et son régime, devenus à ses yeux «illégitimes».

«Ils ont mis en péril la République (...) il nous faut laver la classe politique de ceux qui la salissent», a vociféré samedi le chef du Parti républicain du peuple (CHP), Kemal Kiliçdaroglu en point final à sa campagne.

Bastions

Dix mois après la grande fronde antigouvernementale du printemps dernier, des centaines de milliers de personnes ont profité ce mois-ci des funérailles d'un adolescent mortellement blessé par la police pour descendre dans la rue et exiger la démission du «dictateur» et de «l'assassin» Erdogan.

Depuis sa mise en cause dans un vaste scandale de corruption en décembre, le premier ministre aborde ce scrutin affaibli, mais il dispose encore de solides bases au coeur de l'Anatolie pieuse et modeste.

Son Parti de la justice et du développement (AKP), qui a remporté toutes les élections depuis 2002, devrait rester dimanche le premier parti de Turquie, mais nettement en dessous des 50% obtenus aux législatives de 2011.

La course aux mairies d'Istanbul, qui réunit 20% des électeurs du pays, et d'Ankara s'annonce serrée et la chute d'une des deux plus grandes villes du pays entre les mains de l'opposition constituerait un choc.

«Celui qui gagne Istanbul remporte la Turquie», a répété M. Erdogan, ancien maire de la mégapole aux 15 millions d'habitants.

Le sort de ces deux villes et le score national de l'AKP vont largement déterminer le calendrier politique du pays et l'avenir de M. Erdogan.

Une large victoire, improbable, peut le décider à briguer en août la présidence de la République, disputée pour la première fois au suffrage universel direct. Un score plus serré le convaincrait plutôt de prolonger son mandat à la tête du gouvernement lors des législatives de 2015, au prix d'une modification des statuts de l'AKP.

Il y a toutefois peu de chance que le scrutin de dimanche parvienne à apaiser les tensions, aujourd'hui à vif, dans le pays.

«Qu'Erdogan reste au-delà de 2015 ou pas, les dégâts provoqués par cette crise sont immenses et ne seront pas réparés facilement», juge Brent Sasley, chercheur à l'université du Texas, «la politique de la peur et de la conspiration semble plus enracinée que jamais dans la vie politique turque».




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer