Meurtre d'un soldat à Londres: prison à vie pour le principal coupable

L'un des deux auteurs présumés de l'assassinat terroriste... (IMAGE REUTERS/ITV NEWS)

Agrandir

L'un des deux auteurs présumés de l'assassinat terroriste d'un soldat britannique commis à Londres, le 22 mai, Michael Adebolajo.

IMAGE REUTERS/ITV NEWS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LONDRES

Le principal coupable du meurtre en pleine rue d'un soldat britannique à Londres en mai a été condamné mercredi à une peine de prison à perpétuité par un tribunal anglais, tandis que son complice s'est vu infliger un minimum de 45 ans de prison.

Michael Adebolajo, 29 ans, qui restera en prison jusqu'à la fin de ses jours, et Michael Adebowale, 22 ans, ont été évacués manu militari du tribunal de l'Old Bailey à Londres après s'en être pris verbalement au juge qui rendait son verdict.

Adebolajo a lancé «Allah Akbar!» («Allah est grand») et son complice a crié «c'est un mensonge!» aux affirmations selon lesquelles les deux jeunes hommes avaient été radicalisés au point de «trahir l'islam».

Ils ont alors été plaqués au sol par des gardes de sécurité, avant d'être évacués du tribunal, où le juge a poursuivi la lecture de son verdict.

«Votre comportement révoltant et sans pitié a contrasté avec le courage de plusieurs femmes qui se trouvaient sur place et ont soigné Lee Rigby (le soldat) et se sont indignées contre ce que vous aviez fait et ce que vous disiez», a déclaré le juge Nigel Sweeney.

Il a ensuite estimé que Adebolajo n'avait aucune chance de réinsertion. «Il s'agit d'un meurtre lié au terrorisme», a-t-il affirmé.

Le 22 mai, Adebolajo et Adebowale, deux Britanniques convertis à l'islam, avaient renversé en voiture Lee Rigby, qui rejoignait à pied et en civil sa caserne londonienne. Ils l'avaient ensuite lardé de coups de couteau et quasi décapité avec un hachoir, sous les yeux de nombreux passants dont certains avaient filmé la scène avec leur téléphone portable.

Sur une vidéo prise juste après le crime, Adebolajo avait expliqué avoir voulu venger les «musulmans tués par des soldats britanniques».

Ce crime avait soulevé une très vive émotion au Royaume-Uni.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer