Le directeur général du géant russe des engrais Uralkali, Vladislav Baumgertner, a été arrêté à Minsk et placé en détention dans le cadre d'une enquête des autorités bélarusses pour «abus de pouvoir», a-t-on appris lundi auprès des enquêteurs.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette arrestation intervient moins d'un mois après l'annonce fracassante par le groupe minier russe qu'il rompait ses liens commerciaux avec son concurrent bélarusse Belaruskali, provoquant un choc sur le marché de la potasse, le minerai utilisé pour la production des engrais.

M. Baumgertner est soupçonné par les autorités bélarusses d'abus de pouvoir, a indiqué à l'AFP un porte-parole du Comité d'enquête, Pavel Taroulko, qui a refusé de donner des détails sur le lieu de sa détention.

Les accusations visant M. Baumgertner peuvent lui valoir jusqu'à dix ans de détention.

Uralkali a confirmé l'arrestation et précisé que son directeur général se trouvait à Minsk sur invitation du gouvernement bélarusse.

Le groupe minier basé dans l'Oural a annoncé le 30 juillet qu'il rompait ses liens avec le bélarusse Belaruskali, avec lequel il effectuait jusqu'à présent ses exportations via leur coentreprise BPC.

C'est en tant que président de conseil de surveillance de BPC que Vladislav Baumgertner est visé par l'enquête ouverte par le parquet général du Bélarus, a précisé le Comité d'enquête dans un communiqué.

Le patron d'Uralkali, ainsi que trois autres de ses dirigeants, sont accusés par les enquêteurs d'abus de pouvoir ayant nui aux intérêts du Bélarus et entraîné un «préjudice» à Belaruskali et BPC.

Uralkali accuse son partenaire bélarusse d'avoir réalisé des exportations en dehors de ce cadre après avoir reçu l'autorisation du président de cette ex-république soviétique Alexandre Loukachenko.

Il a prévenu qu'il doperait, pour s'adapter à ce renforcement de la concurrence, sa production, alors qu'il la limitait jusqu'à présent, comme ses concurrents, pour maintenir les cours à un niveau permettant de dégager d'importantes marges.

Ces annonces ont été interprétées comme un bouleversement du marché de la potasse et ont entraîné l'effondrement boursier de tout le secteur, touchant ses concurrents canadien Potash ou allemand K+S. Les analystes s'attendent en effet à une chute des prix qui va plomber la rentabilité des producteurs.

Belaruskali, de son côté, a accusé Uralkali de vouloir le déstabiliser pour en prendre le contrôle.

L'action Uralkali perdait 2,40 % à 159,27 roubles (5,07 $) vers 12 h 30 GMT (8 h 30 à Montréal) à la Bourse de Moscou. Elle affiche une chute d'environ 15 % depuis ses annonces de fin juillet.

«RU0007661302»

URALKALI

/org