Source ID:; App Source:

Espagne: prison pour huit présumés membres d'un réseau lié à Al-Qaïda

Samedi, le ministre espagnol de l'Intérieur Jorge Fernandez... (Photo Andres Kudacki, AP)

Agrandir

Samedi, le ministre espagnol de l'Intérieur Jorge Fernandez Diaz avait affirmé que le réseau avait envoyé environ 50 jihadistes en Syrie.

Photo Andres Kudacki, AP

Agence France-Presse
Madrid

La justice espagnole a décidé lundi le placement en détention de huit hommes soupçonnés d'«appartenance à une organisation terroriste» liée à Al-Qaïda, démantelée vendredi à Ceuta, enclave espagnole du nord du Maroc, et dans la ville voisine marocaine de Fnideq.

Le réseau consistait en «une structure installée en Espagne, avec des connexions internationales au Maroc, en Belgique, en Turquie et en Syrie, dédiée à la radicalisation, au recrutement et à l'envoi de moudjahidine en Syrie», explique dans un arrêt daté de lundi le juge d'instruction Ismael Moreno de l'Audience nationale de Madrid, chargé notamment des affaires de terrorisme.

Les militants partaient «dans le but de faire le jihad (guerre sainte) et de devenir des martyrs», poursuit le magistrat.

Parmi les huit détenus, le juge a identifié celui qui est considéré comme le «chef» du réseau, Karim Abdeselam Mohamed, âgé de 39 ans. Il est inculpé d'«appartenance à une organisation terroriste».

Les sept autres personnes arrêtées vendredi, soupçonnées du même délit, ont aussi été envoyées en prison par le même juge selon une source judiciaire.

L'un d'eux a en outre été mis en examen pour possession illégale d'armes, a précisé cette source.

«Jusqu'à présent, cette organisation est parvenue à envoyer, au moins, six groupes d'hommes espagnols et marocains depuis l'Espagne vers la Syrie, avec pour objectif de rejoindre les organisations terroristes opérationnelles dans ce pays pour faire le jihad», écrit le juge d'instruction dans son arrêt.

Parmi eux, «au moins cinq sont décédés en Syrie, après des attentats suicide qui ont fait de nombreuses victimes», poursuit-il.

Leur mort «a entraîné un effet d'appel parmi les intégristes de Ceuta», affirme le magistrat.

Samedi, le ministre espagnol de l'Intérieur Jorge Fernandez Diaz avait affirmé que le réseau avait envoyé environ 50 jihadistes en Syrie.

Le réseau qui «suivait les ordres de la direction d'Al-Qaïda» avait «deux bases : l'une à Ceuta et l'autre à Fnideq», a expliqué le ministre, précisant que «les volontaires envoyés en Syrie sont au nombre d'une cinquantaine, 12 de Ceuta et les autres à partir du Maroc».




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer