Source ID:; App Source:

Le pape reconnaît l'existence d'un «lobby gai» dans la Curie

Selon le site catholique progressiste Reflexión y Liberación,... (PHOTO TONY GENTILE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Selon le site catholique progressiste Reflexión y Liberación, le pape a affirmé: «Dans la Curie, il y a des gens saints, vraiment, mais il y a aussi un courant de corruption». «On parle de "lobby gai", et c'est vrai, il existe. Il faut voir ce que nous pouvons faire», a-t-il encore affirmé selon ce compte-rendu.

PHOTO TONY GENTILE, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
Cité du Vatican

Le pape a reconnu la difficulté de réformer la Curie romaine, en évoquant un «courant de corruption» et l'existence d'un «lobby gai», selon des religieux latino-américains qui ont rendu compte de leur rencontre récente avec François.

Interrogé, le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi a souligné qu'il s'agissait d'un «entretien privé», auquel il n'était pas présent, et sur lequel il «n'avait aucun commentaire à faire» et ne pouvait «porter de jugement».

La réforme de la Curie (gouvernement de l'Église), voulue par «presque tous les cardinaux» lors des réunions préparatoires du dernier conclave, est une entreprise «difficile», a reconnu le pape lors d'une audience accordée le 6 juin aux responsables de la Confédération latino-américaine et des Caraïbes des religieux et religieuses (CLAR).

Selon une synthèse de cet échange de près d'une heure, rapportée le 11 juin par le site catholique progressiste Reflexión y Liberación et dévoilé mardi par des médias à Rome, le pape a ajouté : «Dans la Curie, il y a des gens saints, vraiment, mais il y a aussi un courant de corruption». «On parle de "lobby gai", et c'est vrai, il existe. Il faut voir ce que nous pouvons faire», a-t-il encore affirmé selon ce compte-rendu.

«Je ne peux pas mener moi la réforme», poursuivait-il, reconnaissant être très «désorganisé». Ce sera le travail du groupe de huit cardinaux qu'il a nommés et qui doivent se réunir pour la première fois de façon officielle à Rome au mois d'octobre.

Si ces propos sont authentiques, ce serait la première fois qu'un pape aura parlé aussi directement d'un problème si sensible à des hôtes extérieurs.

Avant l'élection du pape François, plusieurs journaux italiens avaient évoqué l'existence d'un «lobby gai» qui serait à la fois groupe de pression et victime de chantage de prélats au Vatican.

L'existence de ce réseau aurait bouleversé Benoît XVI et contribué à sa décision de démissionner. Mais le Saint-Siège avait démenti avec fermeté ces «médisances, désinformations et calomnies».

Mais, depuis très longtemps, des informations courent sur l'homosexualité de certains religieux, qui auraient des relations dans la plus grande discrétion à l'extérieur du petit État.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer