Source ID:; App Source:

Pornographie infantile: David Cameron presse Google de renforcer la lutte

Le premier ministre britannique David Cameron a exigé que Google et d'autres... (PHOTO MIKE BLAKE, REUTERS)

Agrandir

PHOTO MIKE BLAKE, REUTERS

Agence France-Presse
LONDRES

Le premier ministre britannique David Cameron a exigé que Google et d'autres moteurs de recherche débarrassent l'internet de la pornographie infantile, en soulignant que des vies étaient mises en danger par la diffusion en ligne de vidéos «abjectes».

«Les sociétés internet et les moteurs de recherche gagnent leur vie en écumant et en organisant la toile. Aussi, j'en appelle à eux pour qu'ils utilisent leurs extraordinaires capacités techniques pour faire plus afin de nous débarrasser de ces images abjectes,» a-t-il déclaré samedi.

La secrétaire d'État à la Culture Maria Miller, également responsable de la sécurité sur l'internet, a convoqué les représentants de plusieurs géants du web dont Google et Facebook à une rencontre le 17 juin, pour les entendre sur les mesures qu'ils avaient prises pour réguler leurs contenus.

La Grande-Bretagne a été récemment émue par deux procès retentissants concernant des meurtres d'enfants à caractère sexuel, qui ont révélé que les meurtriers de deux petites filles,  April Jones âgée de 5 ans et Tias Sharp, 12 ans, consultaient régulièrement de la pornographie infantile en ligne.

David Cameron a estimé qu'il y avait certes des «signes encourageants» de l'engagement des principaux sites en ligne dans la lutte contre la pornographie infantile, mais «j'en attends davantage» de leur part, a-t-il ajouté.

«Le temps des excuses et des reproches, c'est fini - nous devons tous lutter ensemble. C'est la sécurité de nos enfants qui est en jeu - et rien ne compte plus que cela !»

Google a assuré qu'il prenait toutes les mesures nécessaires pour retirer de ses résultats de recherche, tous les matériaux illégaux et les plus choquants. «Google a une politique de tolérance zéro concernant la pornographie infantile et les images de sévices sexuels infligés à des enfants», a déclaré le moteur de recherche sur sa page FAQ (questions les plus fréquentes).

«Nous interdisons toute publicité en lien avec des images de sévices sexuels infligés à des enfants. Et lorsque nous découvrons ce genre d'images impliquant des enfants ou de pornographie infantile sur des sites proposés par notre moteur de recherche ou accueillis par notre site, nous les retirons et nous en faisons état auprès des autorités compétentes».




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer