Source ID:; App Source:

600 interprètes afghans pourront s'installer en Grande-Bretagne

Un interprète afghan (2e à partir de la... (Photo: AFP)

Agrandir

Un interprète afghan (2e à partir de la gauche) lors d'une opération dimanche dans la ville de Ghazni, au sud-ouest de Kaboul.

Photo: AFP

Agence France-Presse
Londres

Environ 600 interprètes afghans ayant «servi» avec les troupes britanniques combattant les talibans dans le sud de l'Afghanistan vont être prochainement autorisés à s'installer en Grande-Bretagne, a affirmé mardi une source proche du cabinet du Premier ministre David Cameron.

Le Premier ministre britannique avait jusqu'ici refusé ce droit aux anciens interprètes afghans et à leurs familles mais a finalement fait machine arrière à la suite d'une campagne en faveur de cette décision.

Trois Afghans ayant servi d'interprètes à l'armée britannique dans leur pays et craignant être la cible des talibans une fois qu'elle se serait retirée d'Afghanistan, avaient introduit, début mai à Londres, un recours judiciaire dans ce sens.

Une pétition, signée par 78 000 personnes et demandant que l'asile politique soit accordé aux interprètes afghans, avait également été remise au Foreign Office.

David Cameron se préparerait désormais à offrir des visas de cinq ans aux interprètes ayant servi sur le front pendant un an ou plus.

«Pour le Premier ministre, il est clair que nous ne devons pas tourner le dos à ceux qui ont emprunté le même chemin que nos soldats en mettant constamment leurs vies en danger pour les aider à accomplir leur mission», a affirmé la source gouvernementale.

Les anciens interprètes pourront désormais «choisir entre rester dans leur pays pour y apprendre un nouveau métier et participer à sa reconstruction ou prendre un nouveau départ en Grande-Bretagne.»

Ceux désirant rester en Afghanistan recevront une offre financière plus importante, selon les nouvelles dispositions, a encore indiqué la source.

Le Premier ministre britannique David Cameron avait tout d'abord estimé que les interprètes devaient, dans la mesure du possible, rester dans leur pays pour participer à sa reconstruction.

Il avait jugé que dans les cas «extrêmes», quand les interprètes étaient directement menacés de représailles, ils pouvaient être autorisés à venir au Royaume-Uni. Mais il avait demandé qu'une aide financière «vraiment généreuse» soit allouée à ceux qui choisiraient de rester chez eux.

Quelque 9000 soldats britanniques sont déployés en Afghanistan, où ils forment le deuxième contingent le plus important de la coalition de l'OTAN (Isaf) après les Etats-Unis.

Près de 4000 d'entre eux doivent quitter le pays avant la fin 2013.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer