Source ID:; App Source:

UNHATE de Benetton: Toscani fustige ses propres photos

La campagne publicitaire contre la haine dans le... (Photo: Martin Bureau, AFP)

Agrandir

La campagne publicitaire contre la haine dans le monde que Benetton souhaitait promouvoir «est une fin juste mais le moyen utilisé est idiot», insiste le photographe Oliviero Toscani, pourtant à l'origine de ces images controversées.

Photo: Martin Bureau, AFP

Agence France-Presse
Rome

La campagne publicitaire de Benetton montrant le pape embrassant un imam du Caire et Barack Obama étreignant le président chinois est «vulgaire et pathétique», a estimé vendredi le photographe italien Oliviero Toscani, pourtant père des photos-scandales du groupe italien.

«Il n'y a pas de créativité, de style, de poésie. Pathétique. Ça semble le produit d'une école d'art pour débutants», a asséné le célèbre photographe sur les pages du quotidien La Repubblica.

>>> La campagne UNHATE de Benetton

M. Toscani, qui ne travaille plus pour le groupe d'habillement depuis une dizaine d'années, est à l'origine de campagnes publicitaires qui ont fait scandale, comme celle où une religieuse embrasse un prêtre (1991) ou celles montrant des photos d'un homme mourant du sida (1992) ou de condamnés à mort aux États-Unis (2000).

Plusieurs de ses campagnes ont été interdites en Italie, notamment celle montrant deux hommes en train de s'embrasser.

«Je n'arrive pas à percevoir le message, ce n'est que de la vulgarité», a-t-il poursuivi.

Le Vatican et la Maison-Blanche ont réagi jeudi avec vigueur aux photomontages de Benetton, le Saint-Siège annonçant même des actions en justice.

Le retrait de la photo du pape de la campagne de la firme italienne annoncé mercredi soir par la société textile, à la suite d'une réaction indignée du Vatican, n'a pas suffi à calmer la fureur du Vatican.

Dans un communiqué, la Maison Blanche a aussi réagi aux photomontages montrant Barack Obama embrassant les présidents chinois Hu Jintao et vénézuélien Hugo Chavez.

Selon M. Toscani, les États-Unis et le Vatican «ont raison». «Il est normal que les gens se fâchent quand ils se sentent offensés», a-t-il ajouté.

La campagne publicitaire contre la haine dans le monde que Benetton souhaitait promouvoir «est une fin juste mais le moyen utilisé est idiot», a poursuivi le photographe.

«Provoquer n'est pas une chose négative en soi (...) mais il faut voler haut dans ces campagnes publicitaires, là on a volé très bas, jouant avec «Photoshop»», a conclu M. Toscani.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer