Le ministre allemand de la Défense et star de la droite Karl-Theodor zu Guttenberg faisait de nouveau la Une mardi pour avoir rendu visite avec son épouse glamour aux troupes déployées en Afghanistan.

Publié le 14 déc. 2010
Audrey Kauffmann AGENCE FRANCE-PRESSE

«Karl-Theodor est sans conteste LE phénomène de la politique allemande des dernières années», écrivait le Berliner Zeitung, tout en dénonçant cette «visite du couple princier». Aucun de ses prédécesseurs n'a autant oeuvré à remettre l'impopulaire engagement en Afghanistan au coeur de la conscience populaire, «au besoin en impliquant sa femme», selon le journal.

Le baron aux cheveux gominés, devenu en deux ans l'étoile montante du gouvernement d'Angela Merkel, a effectué lundi une visite surprise pour «dire merci» et délivrer avant Noël «un message du coeur» aux 4500 soldats de la Bundeswehr, dont la mission est rejetée par deux tiers des Allemands.

Et pour la première fois en sept voyages sur place, il était accompagné de sa femme. La blonde Stephanie, née von Bismarck, est apparue en chemise à carreaux à la cantine militaire. Selon ses dires, elle voulait «se faire une idée de la situation».

L'affaire faisait mardi la Une des médias, tandis que l'opposition dénonçait une scandaleuse «opération de relations publiques» - à quelques jours d'une déclaration au parlement sur l'Afghanistan du chef de la diplomatie Guido Westerwelle.

Le Frankfurter Rundschau, notamment, persiflait avec un montage d'affiche façon Lawrence d'Arabie pour un film baptisé «Les Beaux et la Guerre» mettant en scène les époux Guttenberg sur fond de chameaux et d'attaque de train.

«D'une part, cette visite est une opération parfaite de mise en scène personnelle de Guttenberg. Mais de l'autre, le message apparaît authentique» et le bilan est positif, commentait mardi Klaus Siebenhaar, spécialiste de management des médias, auprès de l'AFP.

Ministre de la Défense depuis octobre 2009, passé auparavant par l'Économie (février-octobre 2009), M. Guttenberg affiche un très fort soutien aux soldats malgré l'opposition d'une majorité d'Allemands à la mission afghane. Une évolution nouvelle au sein du gouvernement.

Selon M. Siebenhaar, les gens prennent M. Guttenberg très au sérieux, «ils considèrent qu'il fait ce qu'il dit». Le ministre recherche volontiers les objectifs des caméras, s'improvisant DJ pour une soirée de jeunes de son parti CSU ou apparaissant à un concert du groupe de hard rock AC-DC. Mais son image reste «inattaquable. Pour beaucoup de gens, Guttenberg est aussi le ministre des Affaires étrangères - car Guido Westerwelle peut dire ce qu'il veut, il n'intéresse personne - et beaucoup voient déjà en lui le prochain chancelier», relève M. Siebenhaar.

Si de telles ambitions sont prêtées au baron bavarois, celui-ci ne s'est jusque-là jamais déclaré.

Les soldats, en tout cas, ont beaucoup apprécié la visite des Guttenberg, a assuré la CDU de Mme Merkel. La veille, Berlin s'était pressé de préciser que l'épouse avait payé ses frais de déplacement.

Dans la presse, les commentaires étaient partagés. Le tabloïd conservateur Bild, journal le plus lu du pays, saluait une visite «tout simplement grandiose. C'est une déclaration d'amour à nos soldats (...) Montrer du coeur et des sentiments: ces petites choses humaines arrivent trop rarement en politique».

D'autres au contraire, comme le Süddeutsche Zeitung, fustigeaient «une mise en scène qui dépasse les limites». Fait aggravant pour les détracteurs: le baron était accompagné en Afghanistan par un animateur de télévision avec lequel il a enregistré un talk-show dans un hangar, devant un public de soldats.