Le Parquet de Salzbourg a entamé samedi la procédure d'extradition de l'ex-premier ministre croate Ivo Sanader en fuite, interpellé en Autriche sur la base d'un mandat d'arrêt international lancé par la justice de son pays dans une affaire de corruption présumée.

Mis à jour le 11 déc. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Un juge de Salzbourg a signifié à l'ancien chef du gouvernement (2003-2009) son placement en détention pour 14 jours dans le cadre de la procédure d'extradition, a précisé une porte-parole du Parquet Barbara Feichtinger en début d'après-midi.

Le directeur de la prison de Salzbourg, où est emprisonné M. Sanader, a aussi indiqué que le Croate de 57 ans était en bonne santé physique et psychique.

L'ex-premier ministre partage une cellule avec un autre détenu, mis en cause dans une affaire de droit commun.

La justice autrichienne doit proposer à Ivo Sanader une procédure simplifiée d'extradition, qui pourrait permettre de le renvoyer en Croatie d'ici quelques jours.

En cas de refus de M. Sanader, «un tribunal devra statuer, ce qui prendra du temps», a indiqué la porte-parole du Parquet de Salzbourg, qui doit recevoir des documents en provenance de Croatie pour examiner le cas de l'ancien homme d'État.

«C'est une affaire qui est maintenant entre les mains de la justice autrichienne. Conformément au droit international, la police autrichienne a exécuté vendredi un mandat d'arrêt international de la justice croate», a commenté samedi le ministre autrichien des Affaires étrangères, Michael Spindelegger, à l'occasion d'un séminaire européen de l'Association de la presse étrangère à Lech-Am-Arlberg (Tyrol).

Compte-tenu de la convention d'extradition entre les deux pays, «je pense qu'Ivo Sanader sera vraisemblablement extradé», a-t-il ajouté.

M. Sanader entretient des liens étroits avec l'Autriche, où il a étudié et fondé un cabinet de consultants à Innsbruck. Il est également proche de l'ancien chancelier conservateur Wolfgang Schüssel.

Le nom d'Ivo Sanader apparaît également dans la nébuleuse de scandales liés à la banque autrichienne HGAA, très implantée dans les Balkans. La justice autrichienne enquête notamment pour association de malfaiteurs, escroquerie, détournement de fonds, blanchiment d'argent et confection de faux bilans.

Le parquet croate souhaite voir comparaître M. Sanader pour «association visant à perpétrer un délit pénal» et pour «abus de pouvoir». Un tribunal de Zagreb a ordonné son placement en détention préventive pour un mois.

L'actuelle chef du gouvernement croate Jadranka Kosor se rendra lundi à Vienne pour rencontrer le Chancelier Werner Faymann, dans le cadre d'une visite prévue de longue date.