Les Etats-Unis ont salué jeudi l'avis de la Cour internationale de Justice (CIJ), qui estime que la déclaration d'indépendance du Kosovo n'a pas violé le droit international, et appelé les nations européennes à «s'unir» après la décision de la cour.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«L'avis de la CIJ affirme la légalité de la déclaration d'indépendance du Kosovo. Nous soutenons cette décision», a dit le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley.

«Le moment est venu pour l'Europe de s'unir pour un avenir commun», a-t-il ajouté.

Plus tôt jeudi, la CIJ avait estimé que la déclaration d'indépendance du Kosovo n'a pas violé le droit international, dans un avis consultatif sur la légalité de cette déclaration.

Belgrade avait obtenu le 8 octobre 2008 de l'Assemblée générale des Nations unies qu'elle saisisse la CIJ, principal organe judiciaire de l'ONU, sur la légalité de la proclamation d'indépendance du Kosovo du 17 février 2008.

Le ministre serbe des Affaires étrangères Vuk Jeremica a indiqué pour sa part jeudi que son pays ne reconnaîtra «jamais, en aucune circonstance» l'indépendance autoproclamée du Kosovo, territoire que la Serbie considère comme sa province méridionale.

A l'inverse, soixante-neuf pays, dont les Etats-Unis et 22 des 27 pays de l'Union européenne, ont jusqu'ici reconnu l'indépendance du Kosovo, qui compte deux millions d'habitants, dont 90% sont Albanais.

Peu avant que la CIJ ne rende sa décision, le vice-président américain Joe Biden a appelé le président serbe Boris Tadic pour lui faire part de l'«engagement inébranlable (des Etats-Unis) en faveur de la souveraineté et de l'intégrité territoriale du Kosovo», a indiqué le bureau de M. Biden.

Le vice-président américain a exhorté le gouvernement serbe «à travailler de manière constructive pour résoudre des problèmes concrets avec le Kosovo afin d'améliorer la vie des habitants du Kosovo, de la Serbie et de la région».

Mercredi, M. Biden avait déjà affirmé son «plein soutien» à l'indépendance du Kosovo à l'occasion d'une visite du Premier ministre kosovar Hashim Thaçi à Washington.