Le bilan des jeunes décédés mercredi soir lors d'une tragédie ferroviaire dans le nord-est de l'Espagne a été revu à la baisse samedi, de 13 à 12, d'après le résultats de tests ADN, a indiqué le Tribunal supérieur de justice de Catalogne.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon le résultat de tests ADN réalisés sur les restes des victimes, le nombre total de morts s'élève à 12, a précisé un communiqué de ce tribunal.

Un premier bilan avait déjà fait état jeudi de 12 morts mais il avait finalement été revu à la hausse par les autorités régionales. L'identification de certaines victimes est très difficile, étant donné le mauvais état des restes retrouvés.

Le gouvernement régional a appelé à la prudence après la publication de ce nouveau bilan, préférant attendre le «résultat définitif» des tests ADN.

Vendredi, neuf victimes (huit hommes et une femme) avaient été identifiées, cinq Equatoriens, deux Boliviens et deux Colombiens.

Samedi, de nouveaux restes ont été indentifiés, portant à 10 le total des victimes identifiées. Selon l'édition en ligne du journal El Pais, il s'agit d'un Equatorien de 19 ans.

Dix personnes étaient par ailleurs toujours hospitalisées samedi. Leur état de santé évolue «favorablement», a indiqué le gouvernement régional.

«Deux sont dans un état grave, deux dans un état moins grave et six légèrement blessées», selon le communiqué.

L'express Alicante-Barcelone a percuté de plein fouet un groupe de jeunes à peine débarqués d'un train de banlieue, qui traversait la voie à pied au lieu d'emprunter un souterrain bondé de passagers à Castelldefels, à 25 kilomètres au sud de Barcelone.

«L'imprudence» des voyageurs est à l'origine de l'accident, le pire en Espagne depuis 2003, selon les premières conclusions des enquêtes techniques et judiciaires citées par El Pais.

Le ministre des Transports José Blanco avait lui-même indiqué jeudi que tout désignait l'imprudence des victimes, alors que le conducteur du train avait respecté les règles en termes de vitesse et de signalement.