La jeune navigatrice américaine Abby Sunderland a retrouvé son frère samedi à Saint-Denis de la Réunion, où l'a ramenée une navette des affaires maritimes françaises.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je suis vraiment déçue que les choses ne se soient pas passées comme prévu», a confié la Californienne de 16 ans, qui a perdu son voilier dans une tempête dans l'océan Indien. Le démâtage du «Wild Eyes», le 10 juin, «a mis fin à mon voyage mais pas à mon rêve».

Abby Sunderland a défendu sa famille, très critiquée pour l'avoir laissé prendre le large seule et si jeune. «Je savais quoi faire. J'étais bien préparée pour tout ce qui pouvait se passer», a-t-elle dit, au côté de son frère Zac, 18 ans. Leurs parents sont restés aux Etats-Unis, leur mère étant sur le point de donner naissance à son huitième enfant.

Abby Sunderland avait quitté Los Angeles le 23 janvier avec l'espoir de devenir la plus jeune personne à faire le tour du monde à la voile en solitaire. En avril, elle avait dû s'arrêter pour réparations. Et le 10 juin, son bateau avait démâté. Elle avait été secourue deux jours plus tard par un bateau de pêche français, qui l'avait déposée aux îles Kerguelen. Elle a passé ces dix derniers jours à bord du patrouilleur «Osiris» qui l'a ramenée à la Réunion.

L'adolescente a refusé de dire si elle comptait retenter un tour du monde à la voile en solitaire. Mais elle a bel et bien l'intention de continuer à naviguer. «Ces derniers mois ont été les plus beaux de ma vie», a-t-elle confié, disant son impatience pour l'heure de retrouver le reste de sa famille. «J'espère avoir un nouveau frère bientôt».

Abby Sunderland compte aussi écrire un livre.