Les Macédoniens ont voté dans le calme et sans incident dimanche au premier tour de l'élection présidentielle, un scrutin observé de près par l'Union européenne, et il y aura un deuxième tour le 5 avril.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il y aura un deuxième tour», a déclaré le président de la Commission électorale, Aleksandar Novakovski (bien Novakovski) à la presse, après le dépouillement d'environ 16% des votes.

Les premiers résultats préliminaires indiquent que M. Gjorgji Ivanov, de l'Organisation révolutionnaire-Parti démocratique pour l'unité nationale (VMRO-DPMNE, au pouvoir), a recueilli 38,49% des voix, devançant de loin ses concurrents, a précisé M. Novakovski.

Ceux-ci sont Ljubomir Frckoski, le candidat du principal parti d'opposition, l'Union sociale-démocrate (SDSM), le candidat indépendant Ljube Boskoski, ainsi que Imer Selmani, un Albanais macédonien, a précisé M. Novakovski.

Mais il n'était pas encore possible de déterminer dimanche tard dans la soirée quel serait le candidat qui serait opposé à M. Ivanov le 5 avril, les résultats étant très serrés. Il faudra attendre pour cela que le dépouillement du scrutin soit bien avancé, selon M. Novakovski.

«Les élections se sont déroulées dans une bonne atmosphère, sans incident et sans irrégularités majeures», s'était félicité un peu plus tôt devant la presse M. Novakovski.

Le représentant spécial de l'Union européenne en Macédoine, Erwan Fouere, a salué le bon déroulement des élections.

1,8 million d'électeurs étaient invités à voter.

Le scrutin représentait un test crucial sur la capacité du pays à organiser des élections répondant aux critères internationaux.

Quatre ans après avoir obtenu le statut de candidat, Skopje s'impatiente de pouvoir entamer les négociations d'adhésion à l'UE.

Plus de 500 observateurs étrangers et quelque 7.000 observateurs locaux supervisaient le scrutin.

Les Macédoniens votaient aussi pour les élections municipales et pour élire les maires des principales agglomérations du pays.