Le premier ministre français, François Fillon, et un journaliste ont reçu mercredi une lettre de menaces similaire à celles reçues ces dernières semaines par plusieurs personnalités dont le président Nicolas Sarkozy, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La lettre adressée au journaliste Jean-Pierre Elkabbach, au siège de la radio Europe 1, contenait une balle de pistolet, mais il n'y avait pas de balle dans le courrier adressé à M. Fillon.

Ces deux lettres ont été postées dans le département de l'Hérault (sud).

Une quinzaine de courriers de menaces, parfois accompagnés d'une balle, postées du Midi de la France, ont été adressés à des ministres ou personnalités de droite, dont deux envois au président Nicolas Sarkozy, et à certains médias.

«Vous distillez la peur, c'est à vous maintenant d'avoir peur», est-il notamment écrit dans cette nouvelle lettre envoyée le 7 mars depuis le Sud de la France.

Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert début mars une enquête sur cette affaire. Un militaire de réserve interpellé le 6 mars dans le cadre de cette enquête a été relâché sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre lui.

Les premières lettres avaient été envoyées au président Sarkozy, aux ministres de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie, de la Justice Rachida Dati et de la Culture Christine Albanel, à l'ancien Premier ministre et maire UMP de Bordeaux (sud-ouest) Alain Juppé, ainsi qu'à des élus du parti de droite.