La famille du jeune Allemand qui a tué quinze personnes avant de se donner la mort a présenté ses regrets aux victimes et à leurs proches dans une lettre ouverte rendue publique par leur avocat mardi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous sommes atterrés et nous restons en larmes et sans voix devant cette tragédie inconcevable. Nous souhaitons faire part de notre profonde compassion aux victimes, à leurs proches et à leurs amis. Toutes nos pensées vont également à ceux qui ont souffert dans leur chair ou dans leur âme», écrit la famille, dans ce document dont l'AFP a eu copie.

«Ce que vous aviez de plus cher et de plus important, une personne que vous aimiez, vous a été enlevée par l'acte horrible et incompréhensible de notre fils et frère. Nous nous demandons encore et toujours pourquoi tout cela est arrivé. Pourquoi n'avons nous pas remarqué son désespoir et sa haine ?»

«Jusqu'à ces évènements effroyables, nous étions nous aussi une famille tout à fait normale. Nous n'aurions jamais cru Tim capable de telles choses; nous le connaissions sous un jour entièrement différent», poursuit-elle.

Le 11 mars, Tim Kretschmer, 17 ans, avait abattu neuf élèves, dont huit filles, et trois enseignantes dans son ancien collège à Winnenden (sud-ouest) avant de tuer trois autres personnes pendant sa fuite et de se suicider.

Le tueur, amateur d'armes à feu et de films d'horreur, était armé d'un pistolet Beretta qu'il avait trouvé dans la chambre de ses parents. Il avait apparemment aussi découvert le code à huit chiffres de l'armoire blindée où le père entreposait un arsenal de quinze autres armes, achetées légalement.

Lundi, le parquet allemand a ouvert une enquête visant le père de l'adolescent pour avoir laissé une arme à sa portée alors que les détenteurs d'armes sont tenus de les garder sous clé. S'il s'avère que l'adolescent souffrait de troubles psychologiques, le père, Jörg Kretschmer, pourrait être mis en examen pour homicide involontaire. Il risquerait alors jusqu'à cinq ans de prison.