Source ID:; App Source:

Carla Bruni obtiendra 69 000 $ de Pardon pour l'histoire du sac

La sac de la société Pardon... (Photo: AFP)

Agrandir

La sac de la société Pardon

Photo: AFP

Associated Press
Saint-Denis-de-la-Réunion

Le tribunal de grande instance de Saint-Denis de la Réunion a condamné la société Pardon à payer 40 000 euros (environ 69 224 $ CAN) au titre du préjudice subi par Carla Bruni-Sarkozy. La marque de vêtements réunionnaise avait sérigraphié et distribué sans autorisation un sac à l'effigie de Carla Bruni d'après une photo où l'ex-mannequin posait nue.

 

Le gérant de Pardon a déclaré qu'il ferait appel.

La société Pardon est condamnée à «payer la somme provisionnelle de 40 000 euros à valoir sur le préjudice entier». Le tribunal de grande instance de Saint-Denis a rendu son délibéré en référé jeudi matin. Il juge que «la diffusion d'un sac reproduisant une photographie de Mme Carla Bruni porte atteinte à son droit à l'image alors qu'elle ne l'a pas autorisée». Les avocats de la Première dame avaient demandé à l'audience, lundi dernier, une provision de 125 000 euros (216 325 $ CAN) au titre du préjudice moral et du préjudice patrimonial.

Peter Mertes, le gérant de la marque réunionnaise Pardon, a indiqué qu'il ferait appel. «La bêtise est faite. Mais 40 000 euros, c'est très cher payé», a-t-il réagi à la sortie de l'audience. Il assure que cette condamnation «va remettre en cause tout le développement extérieur» de la société qui pensait installer une nouvelle boutique à Paris.

Le tribunal fait également interdiction «de diffuser directement ou indirectement le sac litigieux et ce sous astreinte de 100 euros (173 $ CAN) par infraction constatée». Il tient compte cependant de l'engagement pris par Pardon de procéder à la destruction des sacs. «Il en reste 5500», a précisé le gérant. Il renonce à les brûler car «ce n'est pas écologique». «Mais on va les détruire écologiquement», a-t-il poursuivi.

Les sacs à l'effigie de la Première dame avaient été produits à 10 000 exemplaires. En matière recyclable, ils avaient été sérigraphiés d'après une photographie de l'ex-mannequin nue, dans une pose s'inspirant du tableau de Georges Seurat «Les poseuses». Le tribunal de grande instance de Saint-Denis a rappelé que cette photographie avait été prise «dans le cadre d'une participation bénévole de Mme Carla Bruni à la réalisation d'un ouvrage et d'une exposition dont les bénéfices ont été reversés à une association de lutte contre le SIDA». Les sommes perçues par Carla Bruni au titre du préjudice causé par la société Pardon seront d'ailleurs reversées à une oeuvre caritative.

 




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer