En marge du sommet du G-20 consacré à la crise financière à Washington, le président français Nicolas Sarkozy a évoqué samedi la situation en Géorgie, annonçant que les milices sud-ossètes avaient quitté Perevi, village juste à l'extérieur de la province séparatiste.

ASSOCIATED PRESS

«Cela me renforce dans l'idee que (le président russe Dimitri) Medvedev est un partenaire avec qui il faut dialoguer», a lancé le président français après avoir fait cette annonce à la fin du G-20. Nicolas Sarkozy, dont le pays préside actuellement l'Union européenne, avait marqué vendredi à Nice la reprise du dialogue UE-Russie, interrompu plus de deux mois en guise de protestation contre l'intervention russe en Géorgie.

Nicolas Sarkozy avait demandé à cette occasion à Dimitri Medvedev «des progrès» concernant «deux endroits en particulier», la vallée d'Alkhagori et de Perevi, juste à l'extérieur de la province. La veille, il avait reçu le président géorgien Mikhaïl Saakachvili pour le rassurer.

Des miliciens sud-ossètes avaient investi la semaine dernière Perevi, village d'un millier d'habitants dans la zone tampon entre la Géorgie et la région séparatiste d'Ossétie du Sud, sur la «frontière».

Les Ossètes du Sud revendiquent ce village qui est selon eux situé sur leur territoire. Les Géorgiens avaient dénoncé une violation flagrante du cessez-le-feu et les observateurs de l'UE mis en garde contre une exacerbation des tensions.