Le premier ministre russe Vladimir Poutine a menacé de «faire pendre par les couilles» le président géorgien Mikheïl Saakachvili lors de la guerre en Géorgie, selon un journal français, une information non démentie vendredi par son porte-parole.

AGENCE FRANCE-PRESSE

M. Poutine aurait déclaré le 12 août lors d'une rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy venu négocier à Moscou un cessez-le-feu: «Saakachvili, je vais le faire pendre par les couilles», selon l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur citant le conseiller diplomatique à l'Elysée, Jean-David Levitte.

Il aurait ajouté face à l'étonnement de Nicolas Sarkozy: «Les Américains ont bien pendu Saddam Hussein».

«En effet, Vladimir Poutine a usé d'une rhétorique dure» au sujet de M. Saakachvili, a déclaré à l'AFP Dmitri Peskov, porte-parole du Premier ministre russe, refusant de confirmer ou d'infirmer les propos rapportés par l'hebdomadaire.

«La publication de telles expressions, ces citations d'un conseiller du président français, est difficile à comprendre», a jugé M. Peskov, qui parle «d'insinuations (...) à caractère provocateur».

Vladimir Poutine est un adepte des déclarations fleuries de ce genre. Il s'est notamment illustré en se disant prêt à «buter les terroristes jusque dans les chiottes».