(Washington) L’homme armé tué jeudi par les forces de l’ordre après avoir tenté de pénétrer dans les bureaux de la police fédérale (FBI) dans l’Ohio avait publié un « appel aux armes » sur le réseau social de Donald Trump, Truth Social, ont rapporté vendredi plusieurs médias américains.

Publié le 12 août
Agence France-Presse

Plusieurs médias américains ont publié des captures d’écran du compte au nom du suspect identifié par la police de l’Ohio comme Ricky Shiffer, 42 ans, sur lesquelles on peut lire : « Ceci est un appel aux armes ».

Le compte a depuis été retiré de Truth Social.

« Je propose la guerre », ajoute l’auteur, appelant des « patriotes » à se rendre en Floride et à tuer des agents du FBI, au lendemain de la perquisition lundi chez l’ancien président Donald Trump en Floride, un raid sans précédent qui provoque la colère du camp républicain.

L’auteur confesse avoir tenté de pénétrer par la force dans les locaux du FBI à Cincinnati.

« Je pensais pouvoir percer des vitres blindées, et je n’ai pas pu », explique-t-il. « Si vous n’avez pas de nouvelles de moi, c’est vrai que j’ai essayé d’attaquer le FBI, et ça voudra dire que j’ai été interdit de l’internet, que le FBI m’a eu ou qu’ils ont envoyé la police pendant… », a-t-il écrit dans un message interrompu au milieu de la phrase et publié jeudi matin, selon les médias.

Le FBI avait annoncé une personne armée avait tenté d’« entrer par effraction » dans ses bureaux de Cincinnati dans l’Ohio jeudi en début de matinée.

Selon un média local, l’homme, qui était revêtu d’un gilet pare-balles, a fait usage d’un pistolet à clous et brandi une arme semi-automatique de type AR-15, avant de s’enfuir en voiture.

À l’issue d’une course-poursuite avec la police, l’homme s’était réfugié dans un champ de maïs, où il avait été encerclé par les forces de l’ordre. Lorsqu’ils ont tenté de l’arrêter, il avait brandi son arme à feu en direction des policiers, qui avaient tiré, le blessant mortellement.