(Washington) Le président américain Joe Biden s’est indigné dimanche contre les meurtres « horribles » de quatre musulmans au cours de la dernière année dans l’État du Nouveau-Mexique, pour lesquels la police a ouvert une enquête.

Mis à jour le 7 août
Agence France-Presse

« Je suis en colère et attristé par les meurtres horribles de quatre hommes musulmans à Albuquerque », a écrit le dirigeant dans un tweet. « Nous attendons les résultats d’une enquête approfondie, mais je prie pour les familles des victimes », a-t-il fait savoir, assurant que « ces attaques haineuses n’avaient pas leur place en Amérique ».

Samedi, les autorités de cet État de l’Ouest américain avaient annoncé enquêter sur un possible lien entre les meurtres de trois musulmans ces dernières semaines et celui d’un autre homme musulman commis en novembre 2021.

Dans un communiqué, elles indiquaient avoir dans la nuit de vendredi à samedi trouvé le corps d’une victime musulmane et « originaire d’Asie du Sud » d’une vingtaine d’années.

« Les enquêteurs pensent que ce meurtre pourrait être lié à trois meurtres récents d’hommes musulmans également originaires d’Asie du Sud », indique la police d’Albuquerque.

Parmi ces victimes, deux sont pakistanais, l’un avait 27 ans lorsque son corps a été retrouvé le 1er août, et l’autre 41 ans. Son corps a été retrouvé le 26 juillet.

Les détectives cherchent maintenant à savoir si ces meurtres sont liés à la mort d’un homme originaire d’Afghanistan tué le 7 novembre 2021 devant l’entreprise qu’il dirigeait avec son frère dans cette ville de 500 000 habitants, détaille le communiqué.

La police a sommé toute personne ayant des informations à appeler une ligne téléphonique et a indiqué que le FBI participait à l’enquête.

La gouverneure du Nouveau-Mexique, Michelle Lujan Grisham, a exprimé son indignation face à ces attaques et a assuré être en solidarité avec la communauté musulmane de cet État.  

Le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR), le plus grand groupe musulman américain de défense des droits civils, a annoncé samedi qu’il offrait une récompense de 10 000 dollars à quiconque fournirait des informations permettant d’aboutir à l’arrestation du suspect.  

« Cette tragédie n’affecte pas seulement la communauté musulmane, mais tous les Américains », a noté Nihad Awad, directeur exécutif national du CAIR. « Nous devons être unis contre la haine et la violence, quelle que soit la race, la foi ou l’origine des victimes et des auteurs ».