(Washington) Les Américains en route pour l’aéroport afin de rejoindre leurs familles pour la fête nationale du 4 juillet risquaient samedi d’avoir une mauvaise surprise, les compagnies aériennes ayant déjà annulé des centaines de vols en raison notamment de problèmes d’effectifs.

Publié le 2 juillet
Agence France-Presse

Dans l’après-midi, 600 vols étaient déjà annulés, tandis que près de 3100 autres avaient été retardés, selon flightaware.com.

La situation était déjà difficile la veille, selon le site spécialisé, qui a répertorié vendredi 587 vols annulés sur un total de 3060 dans le monde, et près de 8000 retards.

Ces déboires pour les passagers américains constituent une tendance de fond : les compagnies aériennes des États-Unis, qui emploient 15 % de personnel en moins par rapport à la période prépandémie, gèrent difficilement le retour massif des passagers dans leurs avions.

Les entreprises du secteur affirment travailler à résoudre le problème, intensifiant leurs campagnes de recrutement de pilotes et d’autres catégories de personnel et en réduisant le nombre de sièges disponibles pour les passagers.

Des responsables du secteur aérien mentionnent d’autres facteurs extérieurs aggravants, notamment climatiques ou dus à la COVID-19.

Le secrétaire américain des Transports, Pete Buttigieg, a rappelé samedi sur Twitter aux passagers qu’ils avaient le droit à un remboursement en cas d’annulation.

Des pilotes de Delta Airlines ont par ailleurs manifesté jeudi pour notamment réclamer des augmentations salariales au regard du nombre d’heures supplémentaires travaillées.

« C’est très franchement irresponsable de faire de la surréservation. En sortie de pandémie, on prévoit plus de vols qu’on a de personnes pour les piloter », a regretté samedi un de leurs représentants syndicaux, Jason Ambrosi, sur la chaîne CNN.

Les pilotes, fatigués, ne veulent pas bloquer les passagers, a-t-il assuré, « mais c’est une question de sécurité ».

Les annulations en série n’ont toutefois pas empêché les voyageurs de se presser dans les aéroports, l’agence chargée de la sécurité dans les transports (TSA) estimant que le nombre de contrôles – près de 2,5 millions vendredi – était pour la première fois « revenu à un volume pré-pandémie ».

Un chiffre d’autant plus impressionnant que 42 millions d’Américains, un record, devraient voyager par voiture lors de ce week-end de festivités, selon l’American Automobile Association.