La Cour suprême a causé une onde de choc, le 24 juin, en invalidant l’arrêt Roe c. Wade. Voici des articles, photos et vidéos pour mieux comprendre les conséquences de cette décision.

Mis à jour le 29 juin
La Presse

QU’EST-CE QUE L’ARRÊT ROE C. WADE ?

L’arrêt Roe c. Wade a été promulgué par la Cour suprême des États-Unis le 22 janvier 1973. Selon l’instance, le droit au respect de la vie privée, garanti par la Constitution, s’applique également à l’avortement.

En 1969, Norma McCorvey, connue sous le nom d’emprunt Jane Roe, est enceinte de son troisième enfant et souhaite se faire avorter. Les lois texanes ne lui permettant pas, elle demande aux avocates Linda Coffee et Sarah Weddington de la représenter. Les deux juristes transforment la cause en recours collectif. Au moment où trois juges d’une cour fédérale ont décrété que la loi texane était inconstitutionnelle, Norma McCorvey avait accouché et avait ensuite donné l’enfant en adoption. L’État du Texas a porté la décision en appel et c’est la Cour suprême qui a finalement statué qu’une femme pouvait mettre un terme à sa grossesse au premier trimestre sans ingérence de l’État.

Source : Britannica

Des données de cycle menstruel potentiellement incriminantes

Chaque mois, des millions de femmes utilisent des applications pour suivre leur cycle menstruel. Les données ainsi recueillies pourraient maintenant être utilisées pour incriminer des Américaines qui subissent un avortement.

Québec solidaire veut faciliter l’accès à la pilule abortive

Québec solidaire réclame que le Collège des médecins du Québec lève les restrictions actuelles quant à la prescription de la pilule abortive. Le Collège des médecins se dit prêt à réviser sa position.

Comment la Cour suprême pourrait enflammer la planète

Lorsque Donald Trump a voulu démontrer à la droite américaine qu’il était digne de confiance, il a demandé l’aide de Leonard Leo, qui était alors vice-président de la Federalist Society, organisation de juristes conservateurs et libertariens. Aujourd’hui, Leonard Leo et la Federalist Society peuvent se vanter d’avoir joué un rôle direct dans la sélection et la confirmation de cinq des neuf juges de la Cour suprême : John Roberts, Samuel Alito, Neil Gorsuch, Brett Kavanaugh et Amy Coney Barrett.

Sa vision est en voie de devenir réalité : noyauter les tribunaux fédéraux pour ramener les États-Unis à une époque où la contraception, l’avortement et le mariage gai n’étaient pas des droits constitutionnels.

Des entreprises américaines s’impliquent, mais pas sans risque

Quelques entreprises américaines ont pris position vendredi sur l’annulation du droit à l’avortement en promettant notamment à leurs employés de rembourser les frais médicaux nécessaires, mais le sujet est délicat au vu des risques juridiques, voire d’un retour de bâton politique.

Dans la liste des entreprises, notons Amazon, Apple, Citigroup, Disney, JP Morgan, Lyft, Microsoft, Netflix, Starbucks et Yelp.

La pilule abortive, une issue de secours ?

Dans les heures qui ont suivi la décision de la Cour suprême annulant le droit à l’avortement aux États-Unis, près de 100 demandes de rendez-vous ont été reçues à Just the Pill, organisation à but non lucratif qui permet aux patientes d’obtenir la pilule abortive dans plusieurs États.

« Un recul pour les droits des femmes »

« Jour difficile », « recul pour le droit des femmes », « droit bafoué » : l’annulation du jugement Roe c. Wade le 24 juin par la Cour suprême a provoqué choc et indignation à travers le monde, mais aussi au Québec.

« C’est un jour difficile pour des millions d’Américaines qui ne seront plus protégées par la constitution. Leur droit de choisir ne sera plus garanti », laisse tomber Valérie Beaudoin, chercheuse associée à la Chaire Raoul-Dandurand.

Des États démocrates veulent devenir des « sanctuaires »

De New York à la Californie, dirigeants, médecins ou citoyennes promettent de se « battre » pour que leurs États démocrates soient des « sanctuaires » garantissant à des centaines de milliers de femmes chaque année le droit à un avortement légal et sûr.

Manifester dans l’oasis bleue du Texas

Bienvenue à Austin, capitale du Texas, mais aussi la ville qui fait voler en éclats tout préjugé que l’on peut entretenir au sujet du Lone Star State. C’est ici, dans le comté de Travis, que Joe Biden a obtenu son meilleur résultat (71,6 %) parmi les 254 comtés de l’État à la plus récente élection présidentielle.

Et c’est ici que des manifestants ont convergé pour exprimer leur mécontentement face à la décision de la Cour suprême d’invalider l’arrêt Roe c. Wade, qui protégeait le droit à l’avortement.