(Washington) Les États-Unis ont annoncé vendredi de nouvelles sanctions financières à la suite des derniers tirs de missiles nord-coréens, visant notamment deux banques russes accusées de soutenir le programme d’armes de destruction massive de la Corée du Nord.

Publié le 27 mai
Agence France-Presse

Ces mesures interviennent après le veto, jeudi, de la Russie et de la Chine à une résolution américaine au Conseil de sécurité de l’ONU pour renforcer les sanctions internationales contre Pyongyang.

L’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, avait alors accusé Pékin et Moscou d’enhardir Pyongyang, promettant de nouvelles mesures punitives unilatérales de Washington.

Ces sanctions ciblent la Far Eastern Bank et Bank Sputnik, deux établissements russes accusés par le Trésor américain d’avoir « sciemment fourni d’importants services financiers » à la Corée du Nord.

Elles visent aussi Jong Yong Nam, un individu qui, selon le Trésor, travaille depuis la Biélorussie, pays allié de la Russie, pour l’institut de recherches nord-coréen en matière d’armements, ainsi qu’une société affiliée à la compagnie aérienne nord-coréenne Air Koryo — qui était elle-même déjà sur la liste noire américaine.

Leurs éventuels avoirs aux États-Unis sont gelés et l’accès au marché américain leur est barré.

23 essais de missiles

Le Trésor rappelle dans un communiqué que la Corée du Nord a lancé trois missiles balistiques, dont un intercontinental, le 24 mai, juste après la visite en Asie du président américain Joe Biden, ce qui porte à 23 les essais de missiles balistiques depuis le début de l’année « en violation de multiples résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ».

En outre, Washington s’attend à un essai nucléaire imminent de Pyongyang, en rupture avec le moratoire observé depuis 2017.

« Les États-Unis continueront à mettre en œuvre et faire respecter les sanctions tout en exhortant la Corée du Nord à renouer avec la diplomatie et à abandonner son développement d’armes de destruction massive et de missiles balistiques », a dit le sous-secrétaire au Trésor Brian Nelson dans ce communiqué.