C’est le temps de mourir », aurait dit le tueur aux élèves de quatrième année en se barricadant mardi dans la classe de l’école Robb, à Uvalde.

Publié le 26 mai
Janie Gosselin
Janie Gosselin La Presse

C’est ce qu’un survivant de l’attaque, un garçon de 9 ans, a raconté au média KENS à San Antonio. « J’ai dit à mon ami que nous devions nous cacher pour qu’il ne nous voie pas », a-t-il ajouté. Avec quatre autres enfants, il se serait caché sous une table recouverte d’une nappe, échappant au sort de la majorité de ses camarades de classe.

Le tireur, identifié comme étant Salvador Ramos, 18 ans, a abattu 19 enfants et 2 enseignantes de l’école mardi.

Le garçon de quatrième année interviewé par KENS n’a pas été identifié et a livré son témoignage sans montrer son visage. Il a raconté que la classe regardait le film La famille Addams lorsqu’il a entendu des coups de feu.

Les enfants avaient appris à se cacher en silence si une telle situation survenait, un entraînement enseigné dans plusieurs institutions américaines en réponse aux tueries survenues dans les écoles.

La fin de l’année scolaire approchait pour les enfants de cette école texane, située dans une petite ville de 16 000 habitants.

Des vidéos circulant dans différents médias montrent le désespoir des parents mardi, aux abords de l’école, avant l’intervention policière, qui aurait été lancée au moins 40 minutes après le début des tirs. On y entend des parents crier aux forces de l’ordre de rentrer dans l’école pour arrêter le tueur.

En plus des 21 personnes tuées, 17 autres, dont 3 policiers, ont été blessés dans cette tuerie qui a secoué les États-Unis.

Parmi elles, six personnes étaient toujours hospitalisées jeudi, et leur condition n’avait pas changé, selon les propos de responsables de l’hôpital, rapportés par CNN.

Dans un tweet, l’hôpital universitaire de San Antonio a fait savoir que deux petites filles, âgées de 9 et 10 ans, se trouvaient en « bonne condition », alors que l’état d’une petite de 10 ans et d’une femme de 66 ans était considéré comme « grave ».

La sexagénaire serait la grand-mère du tireur.

Deux autres patients adultes seraient dans un état grave dans un autre hôpital.

Avec KENS, CNN et Washington Post