Le nombre d’infections augmente lentement, mais sûrement depuis le début du mois de mai aux États-Unis, particulièrement dans certains États du Nord-Est. Le Maine et l’État de New York ont deux fois plus de cas qu’au début du mois, alors qu’une étude suggère que 320 000 morts auraient pu être évitées avec une vaccination accrue de la population.

Publié le 18 mai
Mathieu Perreault
Mathieu Perreault La Presse

Pour New York, il s’agit d’une cinquième vague, alors que le Québec a connu une sixième vague en avril.

Les États-Unis, dans leur ensemble, ont vu le nombre de cas augmenter de 50 % en mai, selon les Centres pour le contrôle et de prévention des maladies (CDC), quoique ce chiffre est 10 fois moins important que lors de la vague Omicron au tournant de l’année. Le nombre de tests est toutefois beaucoup plus bas, ce qui signifie que certaines infections ne sont pas comptabilisées.

Détail intéressant, le nombre d’infections au rhume, causées par quatre coronavirus bénins, a aussi bondi aux États-Unis dans les deux derniers mois, selon les CDC. Le chiffre est deux fois plus important pour le nord du pays. La COVID-19 est causée par un autre coronavirus, le SARS-CoV-2.

Morts évitables

Dans ce contexte épidémique peu favorable, une nouvelle étude estime que la moitié des quelque 700 000 décès attribués à la COVID-19 aux États-Unis auraient été évités si tout le monde s’était fait vacciner.

Près de 320 000 morts auraient été évitées si 100 % des plus de 5 ans avaient été vaccinés, et 220 000 si le taux de vaccination avait été de 90 %, selon l’étude publiée sur le site de prépublication MedRxiv.

« On voulait savoir quelles ont été les conséquences du taux d’adoption beaucoup plus faible que prévu du vaccin COVID-19 », explique l’auteure principale de l’étude, Stefanie Friedhoff de l’Université Brown.

À la fin d’avril, la proportion des adultes américains qui n’étaient pas vaccinés était trois fois plus importante qu’au Québec. Chez les enfants, la proportion des non-vaccinés est deux fois celle du Québec. Les 18-29 ans au Québec ont un taux de vaccination contre la COVID-19 de 86 %, 10 points de plus que la moyenne de tous les adultes de plus de 18 ans aux États-Unis.

« Nous avons aussi vérifié ce qui se serait passé si l’adoption du vaccin avait non seulement été universelle, mais aussi rapide que l’État le plus rapide, le Maine, et on aurait évité encore un peu plus de morts, soit 340 000 », dit la Dre Friedhoff.

Les chercheurs ont analysé le taux de vaccination et de mortalité de la COVID-19 par comté. Ils n’ont toutefois pas tenu compte du taux de vaccination dans les groupes à risque, par exemple les aînés, mais la Dre Friedhoff ne pense pas que cela aurait changé la situation. Elle considère par contre que si on inclut les décès dus à d’autres maladies non traitées à cause de la surcharge de travail dans les hôpitaux, le bilan serait encore plus sombre.

Un tel exercice n’a pas été fait au Québec, selon l’épidémiologiste Gaston De Serres, de l’Institut national de santé publique du Québec. « Mais comme on a un taux de vaccination très élevé, il n’y aurait pas eu autant de morts évitables », dit le DDe Serres.

Dose de rappel pour les enfants

La Food and Drug Administration (FDA) a autorisé mardi la dose de rappel pour les enfants de 5 à 11 ans aux États-Unis. Ce rappel n’est toujours pas autorisé au Canada ni en France, au Royaume-Uni ou même en Israël, pays qui a été le pionnier de la vaccination dans le monde. Le vaccin avait été approuvé par la FDA en octobre, un mois avant l’approbation au Québec.

En savoir plus

  • 47 %
    Taux de vaccination COVID-19 des 5-11 ans au Québec
    SOURCE : INSPQ
    82 %
    Taux de vaccination COVID-19 des 12-17 ans au Québec
    SOURCE : INSPQ
  • 95 %
    Taux de vaccination COVID-19 des 50-69 ans au Québec
    SOURCE : INSPQ
    98 %
    Taux de vaccination COVID-19 des plus de 70 ans au Québec
    SOURCE : INSPQ